Mardi déjà, la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) et la Confédération Construction s'étaient dites inquiètes de l'impasse du gouvernement fédéral sur le dossier du pacte de l'ONU sur les migrations, arguant qu'il restait trop "de travail jusqu'en mai 2019 pour s'en contenter".

Le SNI les rejoint, affirmant que "l'instabilité économique découle d'un climat politique instable". Le syndicat rappelle, à toutes fins utiles, que le travail du gouvernement Michel est "loin d'être terminé" puisque de nombreux dossiers sont encore en cours de traitement comme: l'introduction d'une norme énergétique, l'activation des chercheurs d'emploi, la réforme des pensions, ...

"Nous demandons donc à nos politiciens de la rue de la Loi de bien réfléchir avant d'à nouveau rendre notre pays ingouvernable", martèle la présidente du SNI Christine Mattheeuws. "Il n'est dans l'intérêt de personne et certainement pas dans celui du million d'entrepreneurs belges de chicaner et de se livrer à des petits jeux politiques."