Ces personnes en temps partiel et en situation de sous-emploi se disent disponibles pour travailler un plus grand nombre d'heures. En 2013, la part de ces travailleurs à temps partiel se trouvant en situation de sous-emploi différait fortement selon les Etats membres. Les taux les plus élevés étaient constatés en Grèce (72%), à Chypre (59%), en Espagne (57,4%), au Portugal (45,9%), en Lettonie (44,4%) et en Bulgarie (41,9%). A l'inverse, les Pays-Bas (4,2%), le Luxembourg (10,3%), la République tchèque (11,4%), le Danemark (11,7%) et l'Estonie (12,4%) affichaient les taux les plus faibles. La Belgique était également sous la moyenne européenne, avec un taux de 14,8%. L'enquête montre par ailleurs qu'il existe dans l'Union une force de travail potentielle supplémentaire de 11,5 millions de personnes, soit l'équivalent de 4,7% de la population active: 9,3 millions de personnes âgées de 15 à 74 ans disponibles pour travailler mais ne recherchant pas un emploi, et 2,2 millions recherchant un emploi mais temporairement indisponibles. La force de travail potentielle était la plus élevée en Italie (12,6% de la population active) et en Croatie (12,1%), et la plus faible en République tchèque (1,6%) et en Lituanie (1,7%). En Belgique, elle s'établissait à 3,3%.

Ces personnes en temps partiel et en situation de sous-emploi se disent disponibles pour travailler un plus grand nombre d'heures. En 2013, la part de ces travailleurs à temps partiel se trouvant en situation de sous-emploi différait fortement selon les Etats membres. Les taux les plus élevés étaient constatés en Grèce (72%), à Chypre (59%), en Espagne (57,4%), au Portugal (45,9%), en Lettonie (44,4%) et en Bulgarie (41,9%). A l'inverse, les Pays-Bas (4,2%), le Luxembourg (10,3%), la République tchèque (11,4%), le Danemark (11,7%) et l'Estonie (12,4%) affichaient les taux les plus faibles. La Belgique était également sous la moyenne européenne, avec un taux de 14,8%. L'enquête montre par ailleurs qu'il existe dans l'Union une force de travail potentielle supplémentaire de 11,5 millions de personnes, soit l'équivalent de 4,7% de la population active: 9,3 millions de personnes âgées de 15 à 74 ans disponibles pour travailler mais ne recherchant pas un emploi, et 2,2 millions recherchant un emploi mais temporairement indisponibles. La force de travail potentielle était la plus élevée en Italie (12,6% de la population active) et en Croatie (12,1%), et la plus faible en République tchèque (1,6%) et en Lituanie (1,7%). En Belgique, elle s'établissait à 3,3%.