"Pour les entrepreneurs aussi, les élections étaient communautaires, analyse Karel Van Eetvelt, administrateur délégué de l'Unizo. Ils voient une réforme de l'Etat comme une moyen de créer un environnement qui rend possible la croissance."

Trois quarts des entrepreneurs estiment que la Flandre doit recevoir davantage de compétences, un pourcentage semblable à celui d'une enquête de 2006. Ils souhaitent surtout que la Flandre ait davantage de pouvoir en matière de conditions d'établissement, de chômage et d'impôt des sociétés.

Si 77 % des sondés estiment que des accords clairs doivent être conclus sur un transfert approfondi de compétences avant la formation d'un gouvernement, 90 % acceptent l'idée que le gouvernement fédéral dispose de davantage de moyens pour remplir des missions de base, comme la sécurité et les pensions.

Selon les entrepreneurs sondés, des économies peuvent être réalisées en matière de chômage, de crédit-temps et de prépension. "On ne peut maintenir la croissance de la Sécurité sociale", résume Karel Van Eetvelt.

Par ailleurs, l'enquête de l'Unizo révèle que 80 % des entrepreneurs flamands sont favorables à une coalition entre la N-VA, l'Open VLD et le CD&V. Enfin, les entrepreneurs flamands le confirment : la reprise économique se réalise de manière laborieuse.

Trends.be, avec Belga

"Pour les entrepreneurs aussi, les élections étaient communautaires, analyse Karel Van Eetvelt, administrateur délégué de l'Unizo. Ils voient une réforme de l'Etat comme une moyen de créer un environnement qui rend possible la croissance."Trois quarts des entrepreneurs estiment que la Flandre doit recevoir davantage de compétences, un pourcentage semblable à celui d'une enquête de 2006. Ils souhaitent surtout que la Flandre ait davantage de pouvoir en matière de conditions d'établissement, de chômage et d'impôt des sociétés.Si 77 % des sondés estiment que des accords clairs doivent être conclus sur un transfert approfondi de compétences avant la formation d'un gouvernement, 90 % acceptent l'idée que le gouvernement fédéral dispose de davantage de moyens pour remplir des missions de base, comme la sécurité et les pensions.Selon les entrepreneurs sondés, des économies peuvent être réalisées en matière de chômage, de crédit-temps et de prépension. "On ne peut maintenir la croissance de la Sécurité sociale", résume Karel Van Eetvelt.Par ailleurs, l'enquête de l'Unizo révèle que 80 % des entrepreneurs flamands sont favorables à une coalition entre la N-VA, l'Open VLD et le CD&V. Enfin, les entrepreneurs flamands le confirment : la reprise économique se réalise de manière laborieuse.Trends.be, avec Belga