La CNE et l'ACV Puls rappellent que le personnel, qui a été mis au chômage économique au plus fort de la crise due au coronavirus, a dû se battre "d'arrachepied, et ce presque quotidiennement", pour pouvoir recevoir ce qui lui est dû. Cela alors que la compagnie faisait pression sur eux pour revoir leurs salaires à la baisse pour le futur. "Une situation absurde qui continue aujourd'hui", fustige Didier Lebbe, secrétaire permanent CNE.

"Malgré des recommandations européennes concernant le service à bord, notre employeur continue à exiger de nous que nous assumions le service à bord comme s'il n'y avait jamais eu de crise. Comme matériel de protection, seuls quelques masques en tissu non homologués nous ont été fournis", dénonce, de son côté, Hans Elsen, son collègue flamand de l'ACV Puls.

L'Europe n'est toujours pas en mesure de se coordonner pour faire respecter la sécurité sanitaire à bord des avions, constate encore Didier Lebbe. "Dans un secteur comme le nôtre, qui ne connait pas de frontière, cette situation est inacceptable tant pour les passagers que pour le personnel", lance-t-il, évoquant une "anarchie toujours maître à bord" en ce qui concerne les conditions de travail du personnel des avions.

"Nous espérons que les vols pourront bientôt reprendre et que nous pourrons bientôt vous amener à bon port pour des vacances bien méritées", écrit le syndicat chrétien à l'adresse des passagers. "Mais nous espérons également que, bientôt, les autorités compétentes penseront également à nous."

La CNE et l'ACV Puls rappellent que le personnel, qui a été mis au chômage économique au plus fort de la crise due au coronavirus, a dû se battre "d'arrachepied, et ce presque quotidiennement", pour pouvoir recevoir ce qui lui est dû. Cela alors que la compagnie faisait pression sur eux pour revoir leurs salaires à la baisse pour le futur. "Une situation absurde qui continue aujourd'hui", fustige Didier Lebbe, secrétaire permanent CNE. "Malgré des recommandations européennes concernant le service à bord, notre employeur continue à exiger de nous que nous assumions le service à bord comme s'il n'y avait jamais eu de crise. Comme matériel de protection, seuls quelques masques en tissu non homologués nous ont été fournis", dénonce, de son côté, Hans Elsen, son collègue flamand de l'ACV Puls. L'Europe n'est toujours pas en mesure de se coordonner pour faire respecter la sécurité sanitaire à bord des avions, constate encore Didier Lebbe. "Dans un secteur comme le nôtre, qui ne connait pas de frontière, cette situation est inacceptable tant pour les passagers que pour le personnel", lance-t-il, évoquant une "anarchie toujours maître à bord" en ce qui concerne les conditions de travail du personnel des avions. "Nous espérons que les vols pourront bientôt reprendre et que nous pourrons bientôt vous amener à bon port pour des vacances bien méritées", écrit le syndicat chrétien à l'adresse des passagers. "Mais nous espérons également que, bientôt, les autorités compétentes penseront également à nous."