L'indice est passé de -18 en juin à -16 en juillet. Il atteint ainsi son niveau le plus haut depuis près d'un an (-14 en septembre 2012).

Cette nouvelle hausse est due essentiellement aux prévisions macroéconomiques plus optimistes, souligne la BNB. "Ainsi, la crainte d'une recrudescence du chômage au cours des douze prochains mois s'est nettement atténuée", précise le communiqué.

"Les ménages anticipent toutefois un léger fléchissement de leur situation financière et de leur capacité d'épargne", note la Banque nationale. Le dernier indice positif avait été enregistré en mai 2011.

L'indice est passé de -18 en juin à -16 en juillet. Il atteint ainsi son niveau le plus haut depuis près d'un an (-14 en septembre 2012). Cette nouvelle hausse est due essentiellement aux prévisions macroéconomiques plus optimistes, souligne la BNB. "Ainsi, la crainte d'une recrudescence du chômage au cours des douze prochains mois s'est nettement atténuée", précise le communiqué. "Les ménages anticipent toutefois un léger fléchissement de leur situation financière et de leur capacité d'épargne", note la Banque nationale. Le dernier indice positif avait été enregistré en mai 2011.