Elle s'est établie à +1,1% sur un an après +1,3% le mois précédent. C'est la forte baisse des prix de l'énergie (-0,9% contre -0,3% en août) qui a principalement contribué à ce nouveau ralentissement de l'inflation, qui était encore à 2,6% il y a un an. Mais le ralentissement de l'inflation concernant l'alimentation, les boissons alcoolisées & le tabac (+2,6% après +3,2% en août) a également joué. Concernant les services (+1,5% contre +1,4% en août) et les biens industriels hors énergie (+0,3% contre +0,4% en août), l'évolution des prix a en revanche été relativement stable en septembre.

"A moins que les prix de l'énergie augmentent significativement, l'inflation devrait rester bien en-deçà de 2% jusqu'à la fin de l'année et après", note Martin Van Vliet de la banque ING.

Les chiffres de septembre restent bien en-dessous de l'objectif fixé par la Banque centrale européenne (BCE), dont le mandat est de maintenir l'inflation proche, mais en-dessous, du seuil de 2% à moyen terme. Dans ce contexte, l'institut monétaire devrait "réaffirmer son engagement à maintenir les taux d'intérêt bas pour une longue période, tout en laissant la porte ouverte à une nouvelle baisse (...)", estime l'analyste d'ING. La BCE tiendra sa réunion mensuelle exceptionnellement mercredi à Paris.

Elle s'est établie à +1,1% sur un an après +1,3% le mois précédent. C'est la forte baisse des prix de l'énergie (-0,9% contre -0,3% en août) qui a principalement contribué à ce nouveau ralentissement de l'inflation, qui était encore à 2,6% il y a un an. Mais le ralentissement de l'inflation concernant l'alimentation, les boissons alcoolisées & le tabac (+2,6% après +3,2% en août) a également joué. Concernant les services (+1,5% contre +1,4% en août) et les biens industriels hors énergie (+0,3% contre +0,4% en août), l'évolution des prix a en revanche été relativement stable en septembre. "A moins que les prix de l'énergie augmentent significativement, l'inflation devrait rester bien en-deçà de 2% jusqu'à la fin de l'année et après", note Martin Van Vliet de la banque ING. Les chiffres de septembre restent bien en-dessous de l'objectif fixé par la Banque centrale européenne (BCE), dont le mandat est de maintenir l'inflation proche, mais en-dessous, du seuil de 2% à moyen terme. Dans ce contexte, l'institut monétaire devrait "réaffirmer son engagement à maintenir les taux d'intérêt bas pour une longue période, tout en laissant la porte ouverte à une nouvelle baisse (...)", estime l'analyste d'ING. La BCE tiendra sa réunion mensuelle exceptionnellement mercredi à Paris.