Yves Mersch, l'un des dirigeants de la Banque centrale européenne, a fait part de ses inquiétudes dans une émission télévisée de la chaîne ZDF, diffusée jeudi soir en Allemagne : "Nous craignons une pénurie du crédit, a dit le gouverneur de la banque centrale du Luxembourg, à ce titre membre du conseil des gouverneurs de la BCE. Cela jetterait toutes les économies dans la récession !"

"Il ne s'agit pas pour nous que les banques fassent des bénéfices : il s'agit qu'elles continuent à alimenter l'économie en crédit", a-t-il assené pour justifier la batterie de mesures de soutien au secteur bancaire mises en place par la BCE, avec notamment la création, pour la première fois, de lignes de crédit à trois ans pour les banques commerciales. Yves Mersch a souligné qu'en zone euro, "75 % du financement des entreprises venait des banques".

Le gouverneur de la banque centrale du Luxembourg a par ailleurs répété l'opposition de la BCE à la création rapide d'euro-obligations, estimant que "cela ne serait une solution que si tous les pays (de la zone euro) étaient notés AAA", c'est-à-dire la meilleure note possible attribuée par les agences de notation.

Trends.be, avec Belga

Yves Mersch, l'un des dirigeants de la Banque centrale européenne, a fait part de ses inquiétudes dans une émission télévisée de la chaîne ZDF, diffusée jeudi soir en Allemagne : "Nous craignons une pénurie du crédit, a dit le gouverneur de la banque centrale du Luxembourg, à ce titre membre du conseil des gouverneurs de la BCE. Cela jetterait toutes les économies dans la récession !""Il ne s'agit pas pour nous que les banques fassent des bénéfices : il s'agit qu'elles continuent à alimenter l'économie en crédit", a-t-il assené pour justifier la batterie de mesures de soutien au secteur bancaire mises en place par la BCE, avec notamment la création, pour la première fois, de lignes de crédit à trois ans pour les banques commerciales. Yves Mersch a souligné qu'en zone euro, "75 % du financement des entreprises venait des banques".Le gouverneur de la banque centrale du Luxembourg a par ailleurs répété l'opposition de la BCE à la création rapide d'euro-obligations, estimant que "cela ne serait une solution que si tous les pays (de la zone euro) étaient notés AAA", c'est-à-dire la meilleure note possible attribuée par les agences de notation.Trends.be, avec Belga