"Le navire a été saisi sous des prétextes faux et illégaux et les Iraniens devraient le libérer immédiatement avec son équipage", a déclaré à la presse le porte-parole de la dirigeante.

"Nous ne cherchons pas la confrontation avec l'Iran mais s'emparer d'un navire qui fait des affaires légitimes par des voies maritimes internationalement reconnues est inacceptable", a-t-il ajouté, jugeant que cette opération alimentait une escalade des tensions dans le Golfe.

De son côté, le porte-parole du gouvernement iranien, Ali Rabii, a affirmé lundi que la saisie du pétrolier "était une mesure légale" nécessaire pour "assurer la sécurité régionale".

Cette crise intervient dans un contexte politique très délicat pour les Britanniques, puisque Theresa May, qui n'a pas réussi à mettre en oeuvre le Brexit, quittera ses fonctions mercredi.

La cheffe du gouvernement conservateur présidait depuis 09H30 GMT une réunion interministérielle de crise à Downing Street, au cours de laquelle sera notamment abordée la question "du maintien de la sécurité de navigation dans le Golfe".

Candidat à la succession de Mme May, le chef de la diplomatie britannique Jeremy Hunt devrait informer lundi le Parlement des "mesures" que le Royaume-Uni compte prendre.

M. Hunt s'est entretenu dimanche avec ses homologues français et allemand, avec qui il a convenu que "la sécurité du passage des navires dans le détroit d'Ormuz est une priorité absolue pour les pays européens", selon le Foreign Office.

- "Toutes les options" à l'étude -

Quelles mesures le Royaume-Uni pourrait-il décider? "Nous allons examiner une série d'options", a déclaré dimanche le secrétaire d'Etat à la Défense Tobias Ellwood, sans plus de précisions.

Interrogé par la BBC sur des gels d'avoirs, le ministre des Finances Philip Hammond a répondu: "Nous avons déjà un large éventail de sanctions contre l'Iran, en particulier des sanctions financières, il n'est donc pas clair qu'il existe d'autres choses immédiates que nous pouvons faire, mais nous étudions bien sûr toutes les options".

Propriété d'un armateur suédois, le pétrolier Stena Impero a été arraisonné vendredi par les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique, au motif qu'il n'aurait pas respecté le "code maritime international", une version récusée par les Britanniques.

Le navire et ses 23 membres d'équipage sont retenus au large du port de Bandar Abbas, dans le sud de l'Iran.

Son arraisonnement a eu lieu quelques heures après la décision de la Cour suprême de Gibraltar, territoire britannique situé à l'extrême sud de l'Espagne, de prolonger de 30 jours la détention d'un pétrolier iranien, le Grace 1. Ce tanker, soupçonné de vouloir livrer du brut à la Syrie - ce que Téhéran nie - en violation des sanctions européennes, a été saisi le 4 juillet par les forces britanniques.

- Interrogations militaires -

L'arraisonnement du Stena Impero, et l'impuissance des Britanniques à le prévenir, a relancé au Royaume-Uni le débat sur sa puissance militaire.

"Il ne fait aucun doute que la (réduction) de la taille de la Royal Navy depuis 2005 - passée de 31 frégates et destroyers à 19 aujourd'hui - a eu un impact sur notre capacité à protéger nos intérêts partout dans le monde", a souligné sur la BBC le contre-amiral à la retraite Alex Burton.

Certains s'interrogeaient également sur la pertinence de la saisie du Grace 1, une opération qui, selon le ministre espagnol des Affaires étrangères Josep Borrell, aurait eu lieu à la "demande" des Etats-Unis.

"Que diable pensaient les politiciens et les responsables britanniques qui ont donné leur feu vert"?, se demandait l'éditorialiste Patrick Cockburn, spécialiste du Proche-Orient, dans The Independent.

"Croyaient-ils vraiment que les Iraniens ne se vengeraient pas de ce qu'ils considèrent comme une grave escalade dans la guerre économique américaine contre eux ?".

Les relations entre Téhéran et Washington se sont envenimées depuis le retrait unilatéral américain, en mai 2018, de l'accord international limitant le programme nucléaire iranien conclu en 2015.

La région du Golfe et du détroit d'Ormuz, par où transite un tiers du pétrole acheminé par voie maritime sur la planète, se trouve au coeur des tensions.

"La saisie du pétrolier britannique était une mesure légale"

La saisie du pétrolier battant pavillon britannique arraisonné vendredi par l'Iran répondait à une "mesure légale", a affirmé lundi le porte-parole du gouvernement iranien, Ali Rabii.

L'arraisonnement du Stena Impero "était une mesure légale" nécessaire pour "assurer la sécurité régionale", a déclaré M. Rabii lors d'une conférence de presse à Téhéran.

"A tous les pays qui appellent l'Iran a relâcher ce pétrolier, nous demandons qu'ils disent la même chose à la Grande-Bretagne", a ajouté M. Rabii, en faisant référence au pétrolier iranien Grace I arraisonné par les autorités britanniques de Gibraltar le 4 juillet.

"Comparer ces deux saisies est injuste", a encore dit M. Rabii, laissant entendre que les Britanniques "ne devraient pas s'attendre" à ce que l'Iran courbe l'échine quand ils "arrêtent [un bateau iranien] et font preuve d'hostilité".

Soupçonnés de "non-respect du code maritime international", le Stena Impero et ses 23 membres d'équipage sont retenus au large du port de Bandar Abbas, dans le sud de l'Iran.

Les Gardiens de la Révolution iraniens, armée idéologique de la République islamique, ont saisi le navire dans le détroit d'Ormuz quelques heures après la décision de la Cour suprême de Gibraltar de prolonger de 30 jours la détention du Grace I.

Ce dernier est soupçonné par les Britanniques de vouloir livrer du brut à la Syrie - ce que Téhéran nie - en violation des sanctions européennes contre Damas.

Samedi, le ministre des Affaires étrangères britannique Jeremy Hunt, avait estimé que le cas du Grace 1 et du Stena Impero étaient très différents. Selon lui, "le Grace I a été (saisi) légalement dans les eaux de Gibraltar", tandis que "le Stena Impero a été saisi dans les eaux omanaises en violation flagrante du droit international".