Les travaux s'inscrivent dans une volonté de davantage de mobilité durable pour les voyageurs. "Le but est de leur offrir une offre ferroviaire de qualité et de les convaincre de prendre le train plutôt que leur voiture", résume François Bellot.

Parcourir 10 km vers Bruxelles peut prendre 1h à 1H30 en voiture, tandis qu'il suffit d'une dizaine de minutes en train, illustre le ministre. Il rappelle également la volonté qu'il a eue il y a deux ans de débloquer le dossier du RER en consacrant un milliard d'euros, dit "vertueux", à des projets ayant une importance stratégique pour la mobilité ferroviaire.

De cette somme, environ 100 millions sont allés à la SNCB et 900 à Infrabel. La fin de l'ensemble des travaux de ce réseau express régional sont prévus pour 2031. "Mais déjà à partir de fin 2024, les premiers trains circuleront dessus", glisse encore François Bellot. "Les temps de parcours diminueront alors progressivement", se réjouit-il.