Les syndicats et les employeurs sont parvenus mardi à un accord au sein du Conseil national du travail (CNT) sur la mise en oeuvre de l'accord salarial. Le gouvernement fédéral a pris connaissance des textes relatifs à l'accord interprofessionnel (AIP) 2019-2020 et "se réjouit" de cet accord qui "garantit la paix sociale et prévoit d'importantes avancées", indique-t-il.

L'accord prévoit notamment l'augmentation des salaires de 1,1% pour les années 2019 et 2020, en complément de l'indexation automatique, et la hausse du salaire minimum de 1,1% à partir de juillet.

Le conseil des ministres a approuvé mardi en première lecture l'arrêté royal sur les augmentations de salaire de 1,1%. "Nous allons maintenant assurer la mise en oeuvre rapide et concrète des accords, de manière à garantir la sécurité des employés, des entreprises, des travailleurs indépendants et des bénéficiaires d'allocations. Nous allons également commencer à préparer le projet de loi pour utiliser l'enveloppe bien-être", ajoute le ministre de l'Emploi Kris Peeters. "Enfin, je vais ratifier les conventions collectives dès qu'elles auront été signées par les partenaires sociaux."

Les syndicats et les employeurs sont parvenus mardi à un accord au sein du Conseil national du travail (CNT) sur la mise en oeuvre de l'accord salarial. Le gouvernement fédéral a pris connaissance des textes relatifs à l'accord interprofessionnel (AIP) 2019-2020 et "se réjouit" de cet accord qui "garantit la paix sociale et prévoit d'importantes avancées", indique-t-il.L'accord prévoit notamment l'augmentation des salaires de 1,1% pour les années 2019 et 2020, en complément de l'indexation automatique, et la hausse du salaire minimum de 1,1% à partir de juillet. Le conseil des ministres a approuvé mardi en première lecture l'arrêté royal sur les augmentations de salaire de 1,1%. "Nous allons maintenant assurer la mise en oeuvre rapide et concrète des accords, de manière à garantir la sécurité des employés, des entreprises, des travailleurs indépendants et des bénéficiaires d'allocations. Nous allons également commencer à préparer le projet de loi pour utiliser l'enveloppe bien-être", ajoute le ministre de l'Emploi Kris Peeters. "Enfin, je vais ratifier les conventions collectives dès qu'elles auront été signées par les partenaires sociaux."