Le baril américain de WTI pour livraison en mai gagnait 0,67%, à 22,56 dollars vers 3H20 GMT.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin progressait de 1,29%, à 32,15 dollars.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses principaux partenaires, réunis au sein de l'Opep+, se sont accordés dimanche sur une réduction de leur production de 9,7 millions de barils par jour (mbj) en mai et en juin.

Cet accord vise à renforcer les cours du pétrole après une chute historique provoquée par une demande en berne du fait de la crise du coronavirus et représente un cessez-le-feu dans la guerre des prix entre l'Arabie saoudite et la Russie en désaccord sur la stratégie à adopter.

Les prix ont cependant fluctué entre la hausse et la baisse lundi après cet accord alors que les courtiers s'inquiètent toujours d'un vaste surplus de production.

Donald Trump a joué la surenchère lundi et affirmé que les principaux pays exportateurs de pétrole prévoyaient in fine une baisse de leur production deux fois plus importante que celle annoncée la veille par l'Opep et ses principaux partenaires.

"Pour avoir été impliqué dans les négociations, et c'est le moins qu'on puisse dire, l'Opep+ envisage une coupe de 20 millions de barils par jour et non de 10 millions, comme il est généralement rapporté", a tweeté le président américain sans donner plus de détails.

Stephen Innes, responsable de la stratégie des marchés mondiaux chez AxiCorp relève que les opérateurs du marché s'attachent surtout à présent à déterminer l'ampleur de la baisse de la demande suscitée par la pandémie de coronavirus.

"Cela doit encore être quantifié et cela signifie qu'il y a encore une possibilité de chute pour le pétrole", a-t-il noté

Le baril américain de WTI pour livraison en mai gagnait 0,67%, à 22,56 dollars vers 3H20 GMT.Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin progressait de 1,29%, à 32,15 dollars.L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses principaux partenaires, réunis au sein de l'Opep+, se sont accordés dimanche sur une réduction de leur production de 9,7 millions de barils par jour (mbj) en mai et en juin.Cet accord vise à renforcer les cours du pétrole après une chute historique provoquée par une demande en berne du fait de la crise du coronavirus et représente un cessez-le-feu dans la guerre des prix entre l'Arabie saoudite et la Russie en désaccord sur la stratégie à adopter.Les prix ont cependant fluctué entre la hausse et la baisse lundi après cet accord alors que les courtiers s'inquiètent toujours d'un vaste surplus de production.Donald Trump a joué la surenchère lundi et affirmé que les principaux pays exportateurs de pétrole prévoyaient in fine une baisse de leur production deux fois plus importante que celle annoncée la veille par l'Opep et ses principaux partenaires."Pour avoir été impliqué dans les négociations, et c'est le moins qu'on puisse dire, l'Opep+ envisage une coupe de 20 millions de barils par jour et non de 10 millions, comme il est généralement rapporté", a tweeté le président américain sans donner plus de détails.Stephen Innes, responsable de la stratégie des marchés mondiaux chez AxiCorp relève que les opérateurs du marché s'attachent surtout à présent à déterminer l'ampleur de la baisse de la demande suscitée par la pandémie de coronavirus."Cela doit encore être quantifié et cela signifie qu'il y a encore une possibilité de chute pour le pétrole", a-t-il noté