Peu avant 13H00 (11H00 GMT) sur Euronext, la tonne de blé reculait de 1,25 euro à 151,25 euros sur septembre et de 1,50 euro sur décembre à 156,75 euros, dans un volume d'échanges de plus de 13.000 lots. L'euro poursuivait sa progression face au dollar, sur les places financières, passant le seuil de 1,20 dollar, et pénalisant toujours un peu plus les céréales européennes à l'export. Les producteurs français, par la voix de leur président Philippe Pinta, ont poussé un cri d'alarme à propos de ces cours déprimés qui compromettent sérieusement leur redressement après une année 2016 catastrophique. "Le prix du blé est descendu à 130 euros la tonne au départ de la ferme ces derniers jours, ce qui ne permettra pas de rémunérer les producteurs dont les trésoreries sont déjà très fortement affectées par 2016", a expliqué Philippe Pinta, président de l'AGPB (producteurs de blé) lors d'une conférence de presse en forme de premier bilan des moissons. En Russie, les chantiers de récolte se poursuivent et affichent chaque jour des surprises en matière de rendements, ces derniers étant exceptionnels pour la région, indique le cabinet Agritel. La tonne de maïs, elle, suivait la même tendance, perdant 75 centimes d'euro sur novembre à 157,50 euros et un euro sur janvier à 160 euros, dans un volume de transactions de plus de 700 lots.

Peu avant 13H00 (11H00 GMT) sur Euronext, la tonne de blé reculait de 1,25 euro à 151,25 euros sur septembre et de 1,50 euro sur décembre à 156,75 euros, dans un volume d'échanges de plus de 13.000 lots. L'euro poursuivait sa progression face au dollar, sur les places financières, passant le seuil de 1,20 dollar, et pénalisant toujours un peu plus les céréales européennes à l'export. Les producteurs français, par la voix de leur président Philippe Pinta, ont poussé un cri d'alarme à propos de ces cours déprimés qui compromettent sérieusement leur redressement après une année 2016 catastrophique. "Le prix du blé est descendu à 130 euros la tonne au départ de la ferme ces derniers jours, ce qui ne permettra pas de rémunérer les producteurs dont les trésoreries sont déjà très fortement affectées par 2016", a expliqué Philippe Pinta, président de l'AGPB (producteurs de blé) lors d'une conférence de presse en forme de premier bilan des moissons. En Russie, les chantiers de récolte se poursuivent et affichent chaque jour des surprises en matière de rendements, ces derniers étant exceptionnels pour la région, indique le cabinet Agritel. La tonne de maïs, elle, suivait la même tendance, perdant 75 centimes d'euro sur novembre à 157,50 euros et un euro sur janvier à 160 euros, dans un volume de transactions de plus de 700 lots.