Les terrasses des établissements horeca pourront rouvrir samedi. Les prix varieront sans doute d'un endroit à l'autre, selon la députée. AB InBev a augmenté le prix de la bière de 3,5% le 1 avril -entre autres à cause de la crise corona- mais d'autres brasseurs ont également annoncé des hausses. Le gouvernement, de son côté, a décidé d'appliquer une TVA réduite à 6% sur les boissons dans l'Horeca afin de soutenir le secteur.

Les augmentations se sont entretemps fait sentir dans les supermarchés. Durant les dix dernières années, le prix s'est accru de 2,5% par an alors que le prix de production n'a augmenté que d'1,7% par an. L'année passée -entre mars 2020 et mars 2021- la hausse a atteint 4,4%. Et durant cette année marquée par la pandémie, les prix ont augmenté en Belgique plus vite qu'en Allemagne et en France et ont suivi le même rythme qu'aux Pays-Bas.

Les brasseries donnent toutefois l'impression de tenir le coup. Selon Statbel, une seule faillite a été prononcée depuis mars 2020, a souligné la députée qui reconnaît toutefois la précarité de la situation économique.

La secrétaire d'État a indiqué quant à elle qu'elle suivrait de près les augmentations de prix afin d'informer le consommateur le mieux possible.

Les terrasses des établissements horeca pourront rouvrir samedi. Les prix varieront sans doute d'un endroit à l'autre, selon la députée. AB InBev a augmenté le prix de la bière de 3,5% le 1 avril -entre autres à cause de la crise corona- mais d'autres brasseurs ont également annoncé des hausses. Le gouvernement, de son côté, a décidé d'appliquer une TVA réduite à 6% sur les boissons dans l'Horeca afin de soutenir le secteur. Les augmentations se sont entretemps fait sentir dans les supermarchés. Durant les dix dernières années, le prix s'est accru de 2,5% par an alors que le prix de production n'a augmenté que d'1,7% par an. L'année passée -entre mars 2020 et mars 2021- la hausse a atteint 4,4%. Et durant cette année marquée par la pandémie, les prix ont augmenté en Belgique plus vite qu'en Allemagne et en France et ont suivi le même rythme qu'aux Pays-Bas. Les brasseries donnent toutefois l'impression de tenir le coup. Selon Statbel, une seule faillite a été prononcée depuis mars 2020, a souligné la députée qui reconnaît toutefois la précarité de la situation économique. La secrétaire d'État a indiqué quant à elle qu'elle suivrait de près les augmentations de prix afin d'informer le consommateur le mieux possible.