Les conditions météorologiques font grimper les prix de l'électricité sur le marché belge à court terme de sorte que le mégawattheure avoisine les 300 euros. Les centrales nucléaires belges sont en pleine activité, mais c'est à peine perceptible, car le marché national est relié au reste de l'Europe. Comme les centrales nucléaires françaises fonctionnent moins, la France, en particulier, importe beaucoup d'électricité à des prix très élevés.

La situation ne devrait pas être différente l'an prochain. Les experts du marché soulignent que le prix à terme pour toute l'année 2022 est actuellement de 200 euros/MWh, c'est-à-dire le prix du marché de gros que les fournisseurs demandent pour livrer de l'électricité pour toute l'année. Or, il s'agit du prix à terme le plus élevé jamais atteint pour une année.

Le prix élevé des matières premières - en particulier le gaz naturel -, les droits d'émission onéreux et la demande croissante a entraîné des prix records pour l'électricité et le gaz naturel en Europe depuis plus de six mois. Cela se traduit par des factures énergétiques extrêmement élevées pour les ménages et les entreprises, ce qui entraîne une inflation galopante.

Les conditions météorologiques font grimper les prix de l'électricité sur le marché belge à court terme de sorte que le mégawattheure avoisine les 300 euros. Les centrales nucléaires belges sont en pleine activité, mais c'est à peine perceptible, car le marché national est relié au reste de l'Europe. Comme les centrales nucléaires françaises fonctionnent moins, la France, en particulier, importe beaucoup d'électricité à des prix très élevés. La situation ne devrait pas être différente l'an prochain. Les experts du marché soulignent que le prix à terme pour toute l'année 2022 est actuellement de 200 euros/MWh, c'est-à-dire le prix du marché de gros que les fournisseurs demandent pour livrer de l'électricité pour toute l'année. Or, il s'agit du prix à terme le plus élevé jamais atteint pour une année. Le prix élevé des matières premières - en particulier le gaz naturel -, les droits d'émission onéreux et la demande croissante a entraîné des prix records pour l'électricité et le gaz naturel en Europe depuis plus de six mois. Cela se traduit par des factures énergétiques extrêmement élevées pour les ménages et les entreprises, ce qui entraîne une inflation galopante.