La subvention annuelle aux clubs de l'Association des Clubs Francophones de Football (ACFF) (1,2 million pour 2021), pour la formation et l'accompagnement des jeunes prometteurs, va devenir structurelle, annonce le cabinet de la ministre Glatigny. La plus grosse part du montant est répartie par l'ACFF entre près de 400 clubs en fonction de leur "label" (1, 2 ou 3 étoiles) respectif d'encadrement des jeunes.

L'exécutif souhaite que ce même modèle de labellisation soit appliqué et encouragé dans d'autres fédérations sportives. Il prévoit donc un montant de 200.000 euros pour 8 fédérations francophones qui ont installé un tel programme, dans le sport équestre, le badminton, le tennis de table, la natation, le hockey, le tennis, la danse sportive et le triathlon/duathlon.

Un total d'un million d'euros est aussi prévu pour élargir l'aide à la détection et à l'accompagnement de jeunes talents aux autres fédérations que celle de football. 17 fédérations entrent en ligne de compte, avec une part forfaitaire (10.000 euros par fédération, 20.000 pour l'athlétisme, le tennis et le hockey) et une part variable selon une série de critères (sport olympique ou non, potentiel en vue des prochains JO, fédérations ayant des status 'espoirs' et des contrats 'haut niveau', etc.). Les fédérations devront exposer aux autorités leur "programme de détection" avant la fin de l'année.

Le but de ces financements est entre autres de former adéquatement les cadres sportifs chargés de détecter les jeunes talents et de les accompagner.

La subvention annuelle aux clubs de l'Association des Clubs Francophones de Football (ACFF) (1,2 million pour 2021), pour la formation et l'accompagnement des jeunes prometteurs, va devenir structurelle, annonce le cabinet de la ministre Glatigny. La plus grosse part du montant est répartie par l'ACFF entre près de 400 clubs en fonction de leur "label" (1, 2 ou 3 étoiles) respectif d'encadrement des jeunes. L'exécutif souhaite que ce même modèle de labellisation soit appliqué et encouragé dans d'autres fédérations sportives. Il prévoit donc un montant de 200.000 euros pour 8 fédérations francophones qui ont installé un tel programme, dans le sport équestre, le badminton, le tennis de table, la natation, le hockey, le tennis, la danse sportive et le triathlon/duathlon. Un total d'un million d'euros est aussi prévu pour élargir l'aide à la détection et à l'accompagnement de jeunes talents aux autres fédérations que celle de football. 17 fédérations entrent en ligne de compte, avec une part forfaitaire (10.000 euros par fédération, 20.000 pour l'athlétisme, le tennis et le hockey) et une part variable selon une série de critères (sport olympique ou non, potentiel en vue des prochains JO, fédérations ayant des status 'espoirs' et des contrats 'haut niveau', etc.). Les fédérations devront exposer aux autorités leur "programme de détection" avant la fin de l'année. Le but de ces financements est entre autres de former adéquatement les cadres sportifs chargés de détecter les jeunes talents et de les accompagner.