Je soulignais que de 1989 à 2001 (les chiffres les plus récents à l'époque), la part de patrimoine possédée par le 1 % le plus riche s'était accrue de 30,3 % à 32,7 %, tandis que la part possédée par la moitié la moins riche de la population s'était très légèrement accrue, passant de 2,5 % à 2,8 %. Progrès très modeste, la part de la moitié la plus riche ne baissant du coup que de 97,5 % à 97,2 %.
...