Le front commun syndical avait déposé un préavis de grève dans le secteur des titres-services la semaine dernière. Les travailleuses revendiquaient une augmentation des salaires bruts d'1,1%, comme prévu dans l'accord interprofessionnel, mais les négociations ont échoué. Les employeurs ont refusé d'aller au-delà d'une prime nette unique, qui représente quelque 65 euros pour la majorité des travailleuses, détaillent les syndicats.

"Pour les aide-ménagères, qui ne gagnent en moyenne que 11,50 euros brut par heure, c'est totalement insuffisant", soulignent les représentants des travailleurs. La semaine dernière, ils avaient dénoncé une forme de "mépris" pour les 160.000 aide-ménagères du secteur. Ils s'inquiètent que de nombreuses travailleuses vivent sous le seuil de pauvreté, malgré la pénibilité de leur travail.

Les syndicats précisent que les actions du 28 novembre viseront quelques grandes entreprises commerciales "qui réalisent encore d'importants bénéfices, ont des réserves importantes et distribuent des dividendes".