Les ailes bruxelloises des syndicats CSC, FGTB et CGSLB ont lancé lundi matin une campagne de défense et de promotion de la région bruxelloise en distribuant des tracts d'information aux accès des trois grandes gares de Bruxelles.

Dans le contexte des négociations institutionnelles, les syndicats souhaitent notamment souligner la nécessité d'un refinancement de Bruxelles. "Sans un refinancement durable", l'avenir de la région bruxelloise est "fondamentalement compromis", rappellent-ils : "Ce phénomène affectera, à des degrés divers, tous ceux qui travaillent à Bruxelles, qu'ils y habitent ou qu'ils y viennent, chaque jour, de Flandre ou de Wallonie."

Leur message tient en trois points :

- pas de scission de la Sécurité sociale,

- pas de citoyens de "seconde zone",

- un financement durable de la région de Bruxelles.

Après la distribution de tracts lundi matin dans les trois grandes gares de Bruxelles, à savoir Bruxelles-Nord, Bruxelles-Central et Bruxelles-Midi, les syndicats ont prévu "une large diffusion" de leur message dans les entreprises.

Trends.be, avec Belga

Les ailes bruxelloises des syndicats CSC, FGTB et CGSLB ont lancé lundi matin une campagne de défense et de promotion de la région bruxelloise en distribuant des tracts d'information aux accès des trois grandes gares de Bruxelles.Dans le contexte des négociations institutionnelles, les syndicats souhaitent notamment souligner la nécessité d'un refinancement de Bruxelles. "Sans un refinancement durable", l'avenir de la région bruxelloise est "fondamentalement compromis", rappellent-ils : "Ce phénomène affectera, à des degrés divers, tous ceux qui travaillent à Bruxelles, qu'ils y habitent ou qu'ils y viennent, chaque jour, de Flandre ou de Wallonie."Leur message tient en trois points :- pas de scission de la Sécurité sociale,- pas de citoyens de "seconde zone",- un financement durable de la région de Bruxelles.Après la distribution de tracts lundi matin dans les trois grandes gares de Bruxelles, à savoir Bruxelles-Nord, Bruxelles-Central et Bruxelles-Midi, les syndicats ont prévu "une large diffusion" de leur message dans les entreprises.Trends.be, avec Belga