Il reproche au groupe russe Gazprom "de n'exploiter qu'un septième des capacités des gazoducs ukrainiens, et de ne pas utiliser même les quotas réservés et payés en vertu de son contrat avec l'OGTSOU".

Or, souligne l'opérateur ukrainien, des "voies alternatives" permettraient d'envoyer vers l'Europe occidentale des volumes bien plus importants et de remplacer complètement le transit par le gazoduc Nord Stream 1, utilisé actuellement à 40% de sa capacité par la Russie.

Cette chute du transit via l'Ukraine intervient alors que l'inquiétude monte en Allemagne, dépendante du gaz russe, à la veille de l'arrêt total à partir de lundi du gazoduc Nord Stream 1 en raison de travaux de maintenance.

"Ainsi, alors qu'on prépare la saison de chauffage et de remplissage des réservoirs de gaz, le Nord Stream 1 véhicule seulement 67 millions de mètres cubes par jour, le gazoduc Yamal (via la Pologne) a été arrêté et il n'y a pas d'augmentation du transit par le gazoduc Soudja (via l'Ukraine)", explique OGTSOU.

"Panique, peur, pas de position consolidée: l'objectif du Kremlin est de créer précisément ce climat en Europe avant la saison de chauffage. Pour forcer au final le monde civilisé à négocier avec un pays qui commet des crimes sanglants dans le centre de l'Europe", accuse-t-il.

L'invasion russe de l'Ukraine lancée fin févier a fait des dizaines de milliers de morts et provoqué des destructions massives dans cette ex-république soviétique.

Moscou, en réponse aux sanctions occidentales, a sabré ces dernières semaines ses livraisons de gaz aux Européens, toujours très dépendants des hydrocarbures russes malgré leurs récents efforts pour diversifier leurs fournisseurs.

En conséquence, les prix de l'énergie ont flambé, alimentant une envolée de l'inflation au risque de plomber durablement la consommation et la croissance.

Le Kremlin a affirmé le mois dernier que les flux augmenteraient à nouveau dès que les turbines manquantes pour le gazoduc Nord Stream 1 seront livrées.

Une de ces turbines a été envoyée au Canada pour des travaux d'entretien. Le patron des gazoducs ukrainiens a demandé au Canada de ne pas la rendre à l'Allemagne mais de l'envoyer à l'Ukraine.

"Nous demandons au Canada de ne pas remettre la turbine de Gazprom à l'Allemagne, mais à l'Ukraine", a écrit jeudi sur sa page Facebook Serguiï Makogon, patron de l'opérateur du transport de gaz OGTSOU.

"Nous allons la transmettre à la Russie. Peut-être. Après notre victoire", a-t-il ajouté.

Il reproche au groupe russe Gazprom "de n'exploiter qu'un septième des capacités des gazoducs ukrainiens, et de ne pas utiliser même les quotas réservés et payés en vertu de son contrat avec l'OGTSOU".Or, souligne l'opérateur ukrainien, des "voies alternatives" permettraient d'envoyer vers l'Europe occidentale des volumes bien plus importants et de remplacer complètement le transit par le gazoduc Nord Stream 1, utilisé actuellement à 40% de sa capacité par la Russie.Cette chute du transit via l'Ukraine intervient alors que l'inquiétude monte en Allemagne, dépendante du gaz russe, à la veille de l'arrêt total à partir de lundi du gazoduc Nord Stream 1 en raison de travaux de maintenance."Ainsi, alors qu'on prépare la saison de chauffage et de remplissage des réservoirs de gaz, le Nord Stream 1 véhicule seulement 67 millions de mètres cubes par jour, le gazoduc Yamal (via la Pologne) a été arrêté et il n'y a pas d'augmentation du transit par le gazoduc Soudja (via l'Ukraine)", explique OGTSOU."Panique, peur, pas de position consolidée: l'objectif du Kremlin est de créer précisément ce climat en Europe avant la saison de chauffage. Pour forcer au final le monde civilisé à négocier avec un pays qui commet des crimes sanglants dans le centre de l'Europe", accuse-t-il. L'invasion russe de l'Ukraine lancée fin févier a fait des dizaines de milliers de morts et provoqué des destructions massives dans cette ex-république soviétique.Moscou, en réponse aux sanctions occidentales, a sabré ces dernières semaines ses livraisons de gaz aux Européens, toujours très dépendants des hydrocarbures russes malgré leurs récents efforts pour diversifier leurs fournisseurs.En conséquence, les prix de l'énergie ont flambé, alimentant une envolée de l'inflation au risque de plomber durablement la consommation et la croissance.Le Kremlin a affirmé le mois dernier que les flux augmenteraient à nouveau dès que les turbines manquantes pour le gazoduc Nord Stream 1 seront livrées.Une de ces turbines a été envoyée au Canada pour des travaux d'entretien. Le patron des gazoducs ukrainiens a demandé au Canada de ne pas la rendre à l'Allemagne mais de l'envoyer à l'Ukraine. "Nous demandons au Canada de ne pas remettre la turbine de Gazprom à l'Allemagne, mais à l'Ukraine", a écrit jeudi sur sa page Facebook Serguiï Makogon, patron de l'opérateur du transport de gaz OGTSOU."Nous allons la transmettre à la Russie. Peut-être. Après notre victoire", a-t-il ajouté.