Selon le quotidien, son coût pour la Région wallonne atteindrait plus d'un milliard d'euros, tandis que l'investissement de l'opérateur privé qui sera retenu à l'issue de la procédure de partenariat public-privé (PPP) s'élève à 385 millions d'euros. Concrètement, la Région devrait payer à l'opérateur privé des redevances pour la construction, l'exploitation et l'entretien des rames s'élevant à une quarantaine de millions d'euros chaque année jusqu'à la fin du PPP en 2043. Soit plus d'un milliard d'euros en 27 ans.

Du côté du cabinet du ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henry (Ecolo), on soutient que le calcul est faux. "On ne peut pas simplement multiplier 40 millions d'euros par 27 car l'euro n'est pas constant", indique Pierre Castelain, porte-parole de Philippe Henry. "Un euro en 2043 ne vaudra pas la même chose qu'un euro en 2013.

Plusieurs rapports nous sont parvenus et, quand on tient compte de la valeur actualisée, le montant maximum est de 600 millions d'euros." Le cabinet rappelle également que "le tram n'est pas une dépense, mais un investissement". L'étude d'incidence étant terminée, le ministre de la Mobilité proposera l'adoption du cahier spécial des charges au gouvernement wallon la semaine prochaine.

Selon le quotidien, son coût pour la Région wallonne atteindrait plus d'un milliard d'euros, tandis que l'investissement de l'opérateur privé qui sera retenu à l'issue de la procédure de partenariat public-privé (PPP) s'élève à 385 millions d'euros. Concrètement, la Région devrait payer à l'opérateur privé des redevances pour la construction, l'exploitation et l'entretien des rames s'élevant à une quarantaine de millions d'euros chaque année jusqu'à la fin du PPP en 2043. Soit plus d'un milliard d'euros en 27 ans. Du côté du cabinet du ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henry (Ecolo), on soutient que le calcul est faux. "On ne peut pas simplement multiplier 40 millions d'euros par 27 car l'euro n'est pas constant", indique Pierre Castelain, porte-parole de Philippe Henry. "Un euro en 2043 ne vaudra pas la même chose qu'un euro en 2013. Plusieurs rapports nous sont parvenus et, quand on tient compte de la valeur actualisée, le montant maximum est de 600 millions d'euros." Le cabinet rappelle également que "le tram n'est pas une dépense, mais un investissement". L'étude d'incidence étant terminée, le ministre de la Mobilité proposera l'adoption du cahier spécial des charges au gouvernement wallon la semaine prochaine.