Si le taux d'emploi au sein de l'Union européenne a progressé l'an passé, passant de 71,1% en 2016 à 72,2%, il reste loin de l'objectif d'un taux d'emploi d'au moins 75% en 2020 fixé dans la stratégie Europe 2020.

L'évolution à la hausse, au niveau européen, a été observée tant pour les hommes que pour les femmes, le taux d'emploi des hommes s'étant élevé à 78% en 2017, en hausse par rapport à 2016 (76,9%) et à un niveau quasi identique à celui de 2008 (77,9%), année du précédent pic. Le taux d'emploi des femmes, lui, a constamment augmenté depuis 2010 pour culminer à 66,5% en 2017 (comparé à 65,3% en 2016).

De même, le taux d'emploi des 55-64 ans dans l'UE n'a cessé de croître, passant de 38,4% en 2002 à 57,1% en 2017. En Belgique, ce taux d'emploi n'est que de 48,3% (en hausse par rapport aux 45,4% enregistrés en 2016).

Par rapport à 2016, le taux d'emploi des 20-64 ans est en hausse dans tous les États membres en 2017, sauf au Danemark, où il a reculé (-0,5 point de pourcentage, pp). Il a plus particulièrement progressé en Bulgarie (+3,6 pp), en Slovénie (+3,3 pp), au Portugal (+2,8 pp), en Roumanie (+2,5 pp), en Croatie (+2,2 pp) et en Estonie (+2,1 pp). Des taux d'emploi supérieurs à 75% ont été enregistrés en Suède (81,8 %), en Allemagne (79,2%), en Estonie (78,7%), en République tchèque (78,5%), au Royaume-Uni (78,2%), aux Pays-Bas (78,0%), au Danemark (76,9%), en Lituanie (76,0%) ainsi qu'en Autriche (75,4 %).

Parmi ces États membres, la République tchèque, l'Allemagne, l'Estonie, la Lituanie et la Suède ont déjà atteint ou dépassé en 2017 leur objectif national de 2020 sur cet indicateur, tout comme l'Irlande, la Croatie, la Lettonie et Malte.

En revanche, le taux d'emploi le plus faible a été observé en Grèce (57,8%), bien qu'il ait progressé au cours de l'année (+ 1,6pp), suivie de l'Italie (62,3%, +0,7 pp), de la Croatie (63,6%, +2,2 pp) et de l'Espagne (65,5 %, +1,6 pp).