"Gazprom a cessé totalement ses livraisons de gaz à la société GasTerra B.V. (Pays-Bas) du fait du non-paiement en roubles", a annoncé le géant russe dans un communiqué sur sa messagerie Telegram. Le fournisseur néerlandais avait déjà annoncé cette suspension lundi.

En réplique aux sanctions imposées par l'Union européenne à la suite de l'offensive russe en Ukraine, le président russe Vladimir Poutine a réclamé que les acheteurs de gaz russe de pays "inamicaux" payent en roubles depuis des comptes en Russie sous peine d'être privés d'approvisionnements, en dépit de contrats prévoyant des paiements en euros ou en dollars.

Le groupe GasTerra avait refusé, réclamant le respect d'obligations contractuelles et notant que des versements tels que le réclame le Kremlin présentaient "un risque de violation des sanctions élaborées par l'UE".

Les Néerlandais dépendent de la Russie pour environ 15% de leurs approvisionnements en gaz, soit quelque six milliards de mètres cubes par an, selon le gouvernement. C'est moins que la moyenne européenne de 40%, mais comme d'autres pays européens, les Pays-Bas s'efforcent de réduire leur dépendance à l'énergie russe.

La décision du géant russe de l'énergie signifie que deux milliards de mètres cubes de gaz ne seront pas fournis aux Pays-Bas d'ici octobre, avait prévenu GasTerra, ajoutant avoir "anticipé cela en achetant du gaz ailleurs".

La Russie avait déjà coupé le gaz pour la même raison à la Finlande, la Bulgarie et la Pologne.

"Gazprom a cessé totalement ses livraisons de gaz à la société GasTerra B.V. (Pays-Bas) du fait du non-paiement en roubles", a annoncé le géant russe dans un communiqué sur sa messagerie Telegram. Le fournisseur néerlandais avait déjà annoncé cette suspension lundi. En réplique aux sanctions imposées par l'Union européenne à la suite de l'offensive russe en Ukraine, le président russe Vladimir Poutine a réclamé que les acheteurs de gaz russe de pays "inamicaux" payent en roubles depuis des comptes en Russie sous peine d'être privés d'approvisionnements, en dépit de contrats prévoyant des paiements en euros ou en dollars.Le groupe GasTerra avait refusé, réclamant le respect d'obligations contractuelles et notant que des versements tels que le réclame le Kremlin présentaient "un risque de violation des sanctions élaborées par l'UE".Les Néerlandais dépendent de la Russie pour environ 15% de leurs approvisionnements en gaz, soit quelque six milliards de mètres cubes par an, selon le gouvernement. C'est moins que la moyenne européenne de 40%, mais comme d'autres pays européens, les Pays-Bas s'efforcent de réduire leur dépendance à l'énergie russe. La décision du géant russe de l'énergie signifie que deux milliards de mètres cubes de gaz ne seront pas fournis aux Pays-Bas d'ici octobre, avait prévenu GasTerra, ajoutant avoir "anticipé cela en achetant du gaz ailleurs". La Russie avait déjà coupé le gaz pour la même raison à la Finlande, la Bulgarie et la Pologne.