"Ce sera peut-être le choix du Royaume-Uni, mais jamais le choix de l'UE", a dit M. Juncker, dans l'hémicycle du Parlement européen à Strasbourg, deux jours après une rencontre infructueuse avec le Premier ministre britannique Boris Johnson à Luxembourg.