Si cela se confirme, les allocations sociales et les salaires dans la fonction publique seraient adaptés au coût de la vie, en d'autres termes augmentés de 2%, respectivement en novembre 2016 et en décembre 2016.

Le dernier dépassement de l'indice pivot remonte à novembre 2012. Le bureau du plan a revu à la baisse ses prévisions d'inflation, en raison notamment de la chute des cours du pétrole et de l'évolution du taux de change euro/dollar, et table désormais sur taux d'inflation annuel d'1,4% en 2016, alors que dans ses prévisions de décembre, il s'attendait encore à une inflation d'1,7% en 2016.

La hausse des prix s'est élevée à 0,56% en 2015 et 0,34% en 2014.

L'augmentation de "l'indice santé", qui sert entre autres au calcul de l'indexation des salaires, allocations sociales et loyers, serait de 1,5% en 2016, et non plus d'1,7% comme précédemment escompté. La hausse de cet indice était d'1,05% en 2015 et 0,40% en 2014.

Le ministre fédéral de l'Emploi et de l'Economie, Kris Peeters, s'est réjoui de ces prévisions d'inflation revues à la baisse, estimant que cela donnerait un coup de pouce supplémentaire à la croissance économique.

Le Bureau du plan publiera ses prochaines prévisions d'inflation le 2 février.

Si cela se confirme, les allocations sociales et les salaires dans la fonction publique seraient adaptés au coût de la vie, en d'autres termes augmentés de 2%, respectivement en novembre 2016 et en décembre 2016.Le dernier dépassement de l'indice pivot remonte à novembre 2012. Le bureau du plan a revu à la baisse ses prévisions d'inflation, en raison notamment de la chute des cours du pétrole et de l'évolution du taux de change euro/dollar, et table désormais sur taux d'inflation annuel d'1,4% en 2016, alors que dans ses prévisions de décembre, il s'attendait encore à une inflation d'1,7% en 2016.La hausse des prix s'est élevée à 0,56% en 2015 et 0,34% en 2014.L'augmentation de "l'indice santé", qui sert entre autres au calcul de l'indexation des salaires, allocations sociales et loyers, serait de 1,5% en 2016, et non plus d'1,7% comme précédemment escompté. La hausse de cet indice était d'1,05% en 2015 et 0,40% en 2014.Le ministre fédéral de l'Emploi et de l'Economie, Kris Peeters, s'est réjoui de ces prévisions d'inflation revues à la baisse, estimant que cela donnerait un coup de pouce supplémentaire à la croissance économique.Le Bureau du plan publiera ses prochaines prévisions d'inflation le 2 février.