Le prix du gaz a bondi de plus de 5% lundi, pour atteindre 123,8 euros le mégawattheure sur le marché à terme néerlandais, la référence en Europe. La semaine dernière, les prix ont augmenté de près de 50%, pour atteindre son niveau le plus élevé depuis la fin du mois de mars.

La capacité du gazoduc Nord Stream, qui transporte le gaz de la Russie vers l'Allemagne, a été réduite à 40% alors que de plus en plus de pays européens signalent ne plus être approvisionnés en gaz russe.

Pour pallier ce manque et pouvoir se passer du gaz russe, l'Europe investit davantage dans le gaz naturel liquéfié (GNL). Mais l'interruption prolongée de l'exploitation d'une usine américaine de GNL en raison d'un incendie exerce une pression supplémentaire sur les prix. Pression exacerbée par la forte demande en GNL en provenance d'Asie.

Le prix du gaz a bondi de plus de 5% lundi, pour atteindre 123,8 euros le mégawattheure sur le marché à terme néerlandais, la référence en Europe. La semaine dernière, les prix ont augmenté de près de 50%, pour atteindre son niveau le plus élevé depuis la fin du mois de mars. La capacité du gazoduc Nord Stream, qui transporte le gaz de la Russie vers l'Allemagne, a été réduite à 40% alors que de plus en plus de pays européens signalent ne plus être approvisionnés en gaz russe. Pour pallier ce manque et pouvoir se passer du gaz russe, l'Europe investit davantage dans le gaz naturel liquéfié (GNL). Mais l'interruption prolongée de l'exploitation d'une usine américaine de GNL en raison d'un incendie exerce une pression supplémentaire sur les prix. Pression exacerbée par la forte demande en GNL en provenance d'Asie.