"Ce qui se produit en ce moment, c'est en fait un ralentissement des pays occidentaux et une croissance des pays émergents, un changement complet dans le rapport de forces, a déclaré Azim Premji, président milliardaire du fabricant indien de logiciels Wipro, lors d'une table-ronde au premier jour du Forum qui réunit les décideurs politiques et économiques mondiaux. Dans deux ans, l'économie des pays émergents sera égale, voire légèrement plus importante que l'économie américaine !"

Zhu Min, plus haut représentant chinois au Fonds monétaire international et ancien vice-gouverneur de la banque centrale chinoise, a estimé de son côté que la reprise mondiale continue d'être surtout alimentée par les géants asiatiques que sont l'Inde et la Chine : "Dans les marchés des pays émergents, je pense que la croissance est très forte. La Chine va finir avec une croissance d'environ 9 %, l'Inde croîtra d'environ 8 %."

La plupart des experts ont souligné, lors du débat, que l'économie mondiale était en meilleure santé que ce qu'ils avaient anticipé l'an dernier.

Trends.be, avec Belga

"Ce qui se produit en ce moment, c'est en fait un ralentissement des pays occidentaux et une croissance des pays émergents, un changement complet dans le rapport de forces, a déclaré Azim Premji, président milliardaire du fabricant indien de logiciels Wipro, lors d'une table-ronde au premier jour du Forum qui réunit les décideurs politiques et économiques mondiaux. Dans deux ans, l'économie des pays émergents sera égale, voire légèrement plus importante que l'économie américaine !"Zhu Min, plus haut représentant chinois au Fonds monétaire international et ancien vice-gouverneur de la banque centrale chinoise, a estimé de son côté que la reprise mondiale continue d'être surtout alimentée par les géants asiatiques que sont l'Inde et la Chine : "Dans les marchés des pays émergents, je pense que la croissance est très forte. La Chine va finir avec une croissance d'environ 9 %, l'Inde croîtra d'environ 8 %."La plupart des experts ont souligné, lors du débat, que l'économie mondiale était en meilleure santé que ce qu'ils avaient anticipé l'an dernier.Trends.be, avec Belga