Suite à la rupture vendredi soir des négociations entre la coalition de droite au pouvoir et l'opposition socialiste, le président conservateur Anibal Cavaco Silva s'adressera au pays dimanche à 21H30 (heure belge), a annoncé samedi son service de presse.

Les discussions en vue d'un large consensus politique, entamées le week-end dernier à la demande du chef de l'Etat, devaient offrir une issue à la crise qui a déstabilisé la coalition gouvernementale sur fond de tensions concernant la cure de rigueur exigée du Portugal par ses créanciers internationaux.

Selon la plupart des observateurs, M. Cavaco Silva, qui dispose du pouvoir de dissoudre le Parlement mais a mis en garde contre les risques qu'entraînerait la convocation d'élections législatives anticipées, devrait se résigner à accepter le remaniement ministériel que lui avait proposé il y a deux semaines le Premier ministre, Pedro Passos Coelho, afin de ressouder sa coalition après la démission de deux ministres clés.

Suite à la rupture vendredi soir des négociations entre la coalition de droite au pouvoir et l'opposition socialiste, le président conservateur Anibal Cavaco Silva s'adressera au pays dimanche à 21H30 (heure belge), a annoncé samedi son service de presse. Les discussions en vue d'un large consensus politique, entamées le week-end dernier à la demande du chef de l'Etat, devaient offrir une issue à la crise qui a déstabilisé la coalition gouvernementale sur fond de tensions concernant la cure de rigueur exigée du Portugal par ses créanciers internationaux. Selon la plupart des observateurs, M. Cavaco Silva, qui dispose du pouvoir de dissoudre le Parlement mais a mis en garde contre les risques qu'entraînerait la convocation d'élections législatives anticipées, devrait se résigner à accepter le remaniement ministériel que lui avait proposé il y a deux semaines le Premier ministre, Pedro Passos Coelho, afin de ressouder sa coalition après la démission de deux ministres clés.