A un an d'écart, la croissance lors des trois derniers mois de l'année a été de 1,9%, le rythme le plus élevé des trois dernières années.

En 2017, le PIB a donc évolué de +0,7% au premier trimestre, 0,5% au deuxième, 0,2% au troisième et, si cela se confirme, 0,5% au quatrième trimestre.

La BNB revient en détail lundi sur les comptes du troisième trimestre. Entre le 1er juillet et le 30 septembre, l'emploi intérieur a progressé de 0,2% sur une base trimestrielle et de 1,3% à un an d'écart. Si la demande intérieure a augmenté de 0,5% au troisième trimestre, la demande extérieure, elle, s'est repliée. Les exportations de biens et services ont reculé de 0,6% alors que les importations de biens et services ont baissé de 0,7%, impliquant une contribution tout juste positive des exportations nettes à la croissance (+0,1 point de pourcentage).

A un an d'écart, la croissance lors des trois derniers mois de l'année a été de 1,9%, le rythme le plus élevé des trois dernières années. En 2017, le PIB a donc évolué de +0,7% au premier trimestre, 0,5% au deuxième, 0,2% au troisième et, si cela se confirme, 0,5% au quatrième trimestre. La BNB revient en détail lundi sur les comptes du troisième trimestre. Entre le 1er juillet et le 30 septembre, l'emploi intérieur a progressé de 0,2% sur une base trimestrielle et de 1,3% à un an d'écart. Si la demande intérieure a augmenté de 0,5% au troisième trimestre, la demande extérieure, elle, s'est repliée. Les exportations de biens et services ont reculé de 0,6% alors que les importations de biens et services ont baissé de 0,7%, impliquant une contribution tout juste positive des exportations nettes à la croissance (+0,1 point de pourcentage).