Vers 09h45 GMT (11h45 heure belge), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 42,58 dollars à Londres, en baisse de 1,34% par rapport à la clôture de jeudi.

A New York, le baril américain de WTI pour novembre abandonnait 1,27% à 40,44 dollars.

La veille, les deux cours de référence ont pu limiter leurs pertes, aidés par une baisse plus importante que prévu des stocks de brut aux Etats-Unis.

Vendredi, c'est le sentiment de morosité à propos de la demande d'or noir qui reprenait le dessus car "la deuxième vague de la pandémie est là" a justifié Paola Rodriguez-Masiu, analyste de Rystad.

"Le monde en est à un stade où de nouveaux couvre-feux sont mis en place, ce qui limite la circulation et par voie de conséquence la consommation de carburant", a-t-elle ajouté.

Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés sont censés limiter leur production de pétrole brut afin d'adapter le niveau de l'offre au plus près de celui de la demande, avec plus ou moins de sérieux en fonction des pays.

Vers 09h45 GMT (11h45 heure belge), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 42,58 dollars à Londres, en baisse de 1,34% par rapport à la clôture de jeudi. A New York, le baril américain de WTI pour novembre abandonnait 1,27% à 40,44 dollars. La veille, les deux cours de référence ont pu limiter leurs pertes, aidés par une baisse plus importante que prévu des stocks de brut aux Etats-Unis. Vendredi, c'est le sentiment de morosité à propos de la demande d'or noir qui reprenait le dessus car "la deuxième vague de la pandémie est là" a justifié Paola Rodriguez-Masiu, analyste de Rystad. "Le monde en est à un stade où de nouveaux couvre-feux sont mis en place, ce qui limite la circulation et par voie de conséquence la consommation de carburant", a-t-elle ajouté. Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés sont censés limiter leur production de pétrole brut afin d'adapter le niveau de l'offre au plus près de celui de la demande, avec plus ou moins de sérieux en fonction des pays.