Selon Ivan Van de Cloot, le gouvernement a raté une opportunité dans la réforme de la fiscalité. 'Le pouvoir d'achat augmente en effet. Mais si je ne devais émettre qu'une seule réserve : le tax shift est sérieusement sous-financé. Celui-ci aurait dû être budgétairement neutre. On reporte la facture vers les générations suivantes.'
...

Selon Ivan Van de Cloot, le gouvernement a raté une opportunité dans la réforme de la fiscalité. 'Le pouvoir d'achat augmente en effet. Mais si je ne devais émettre qu'une seule réserve : le tax shift est sérieusement sous-financé. Celui-ci aurait dû être budgétairement neutre. On reporte la facture vers les générations suivantes.' 'Une vraie réforme vise à un élargissement de la base imposable et à une diminution des taux', poursuit Van de Cloot. 'Aujourd'hui, nous autorisons beaucoup trop de déductions et d'exceptions. Cela résulte en une base étroite que l'on doit taxer à des taux élevés.' Van de Cloot fait référence à l'influence des groupes de lobby dans l'obtention des exceptions dans la réforme fiscale. 'Avec cette politique de cadeaux, on crée un paysage fiscal dans lequel un chat ne retrouverait pas ses jeunes. Excepté ceux qui ont les moyens de se payer des fiscalistes'. Le gouvernement évalue en outre mal le coût du vieillissement, selon Van de Cloot. 'Le gouvernement affirme avoir diminué les coûts du vieillissement de moitié, mais ce n'est pas exact. J'ai étudié ces chiffres en détail. On inclut par exemple la migration dans le calcul. Mais cela exige dans ce cas que les migrants travaillent. En cette matière précisément, nous faisons partie des pays les plus faibles d'Europe.' Van de Cloot souhaite que le gouvernement fasse de la diminution des charges sur le travail une priorité. Selon l'économiste, l'impôt des sociétés doit également diminuer: 'Les sociétés qui ont déjà lourdement investi ici ne partiront pas de sitôt. Mais la hauteur de cet impôt effraie cependant de nouvelles sociétés. Et c'est préjudiciable à terme.'Pour finir, Van de Cloot se fait de sérieux soucis concernant la dette 'astronomique' de l'Etat, que les femmes et hommes politiques ne prennent pas au sérieux selon lui. 'Chaque parent devrait être terriblement scandalisé. C'est une épée de Damoclès pour nos enfants et nos petits-enfants. Mais ils trouvent à chaque fois une excuse pour postposer cet équilibre. Un jour, cela sera fatal.'