Arnaud Feist ne comprend pas que le plan de développement de l'aéroport de Zaventem provoque autant de contestation. "Dans beaucoup de pays, les gens applaudissent un plan stratégique. En Belgique non. Ici, tout ce qui touche à l'aéroport est tellement émotionnel que chaque décision pose problème. Cela me frustre", dit-il.

De plus, Arnaud Feist déplore la décision de la Région bruxelloise de vouloir infliger, dès le 1er janvier, des amendes aux compagnies aériennes qui dépasseraient les normes de bruit en vigueur. Une décision qui impliquera le départ de certaines d'entre elles de l'aéroport national, selon lui. "Le gouvernement bruxellois tue l'aéroport à petit feu."

Le CEO appelle également le gouvernement fédéral à régler au plus vite la question du survol de Bruxelles. "C'est extrêmement urgent", conclut-il.