M. Brito s'est exprimé dans la foulée d'une rencontre avec le Premier ministre Charles Michel. Ce dernier, avec son gouvernement, a été "vraiment actif" pour que la Belgique soit plus compétitive, estime-t-il. Le gouvernement Michel a notamment décidé de baisses de charges patronales et de l'impôt des sociétés. "Certaines choses pourraient naturellement être meilleures mais c'est comme cela partout", a ajouté le patron du premier brasseur mondial.

Toujours est-il qu'AB InBev est pleinement satisfaite d'être en Belgique. "La Belgique est notre maison, nous sommes une entreprise belge", affirme le CEO. Il n'y a pas de doute quant au maintien du siège social du groupe à Louvain. "Le Premier ministre a pris des mesures importantes pour faire en sorte qu'une entreprise comme la notre puisse avoir son siège social ici."

Carlos Brito a également évoqué le sujet brûlant du Brexit, dont il n'attend pas de gros problèmes pour son groupe étant donné qu'AB InBev achète, produit et vend localement au Royaume-Uni.

Enfin, le patron brésilien a été interrogé sur les inégalités croissantes dans le monde. Cette inégalité "augmente et c'est un problème", a-t-il reconnu, c'est pourquoi il est important pour le brasseur de prendre soin de son personnel, de ses fournisseurs et de ses clients, selon lui.