Le marché intérieur est entré en vigueur en 1993. Il prévoit la libre circulation des biens, personnes, services et capitaux. L'étude s'est penchée sur le développement de ses 15 bâtisseurs, à l'exception du Luxembourg.

L'intégration européenne a été bénéfique pour l'ensemble d'entre eux, malgré de notables différences, ressort-il de l'étude. Le marché unique semble avoir profité en premier lieu aux pays étroitement liés avec d'autres Etats membres.

Les pays du sud de l'Europe ont nettement moins bénéficié de cette intégration que leurs voisins du nord. Le marché intérieur n'a ainsi rapporté que 20 euros par an à chaque Portugais, 70 euros aux Grecs et Espagnols et 80 euros aux Italiens.

La Grèce constitue un cas particulier. Le PIB hellène avait largement profité du marché unique jusqu'au moment de la crise de la dette en 2008/2009 et la mise à l'écart du pays des échanges économiques au sein de l'Union.