Le recul a eu lieu dans presque toutes les catégories d'âge. Le chômage des jeunes de moins de 25 ans a ainsi baissé de 4,4%, celui des 25-50 ans de 4,2% et celui des plus de 50 ans de 5,4%. Seuls les plus de 60 ans sont encore concernés par une augmentation mais celle-ci est, selon le ministre, due à la réglementation sur la plus longue disponibilité de ces personnes.

Le chômage des étrangers a lui aussi à nouveau crû, cette fois de 1,3% sur base annuelle. Un phénomène qui s'explique, d'après Philippe Muyters, par la récente vague de migration venant de Syrie, d'Irak et d'Afghanistan.

Le recul a eu lieu dans presque toutes les catégories d'âge. Le chômage des jeunes de moins de 25 ans a ainsi baissé de 4,4%, celui des 25-50 ans de 4,2% et celui des plus de 50 ans de 5,4%. Seuls les plus de 60 ans sont encore concernés par une augmentation mais celle-ci est, selon le ministre, due à la réglementation sur la plus longue disponibilité de ces personnes. Le chômage des étrangers a lui aussi à nouveau crû, cette fois de 1,3% sur base annuelle. Un phénomène qui s'explique, d'après Philippe Muyters, par la récente vague de migration venant de Syrie, d'Irak et d'Afghanistan.