"Compte tenu de la faible conjoncture en 2012, l'emploi s'est contracté au premier trimestre 2012 et il ne devrait repartir à la hausse qu'au début 2013 sous l'impulsion d'une reprise de l'activité économique", constate le Bureau du Plan.

Cela donne, en moyenne annuelle, une légère augmentation de l'emploi intérieur, à hauteur de 11.000 unités en 2012, et une augmentation de 13.700 unités en 2013. En 2011, l'emploi intérieur avait nettement progressé de 62.000 unités, ce qui était supérieur à la croissance de la population active.

"Sur la période 2012-2013, près de la moitié des créations nettes d'emploi serait attribuable à la progression du nombre d'emplois titres-services", souligne le Bureau du Plan.

Les faibles créations d'emploi attendues cette année et la suivante ne devraient pas suffire à faire baisser le chômage. Alors que le nombre de chômeurs -en ce compris les chômeurs complets indemnisés non demandeurs d'emploi- avait diminué de 26.000 unités en moyenne en 2011, il augmenterait à nouveau de 9.100 unités en 2012 et de 24.000 unités en 2013.

En conséquence, le taux de chômage harmonisé (définition Eurostat) passerait de 7,2% en 2011 à 7,4% en 2013.

Trends.be, avec Belga

"Compte tenu de la faible conjoncture en 2012, l'emploi s'est contracté au premier trimestre 2012 et il ne devrait repartir à la hausse qu'au début 2013 sous l'impulsion d'une reprise de l'activité économique", constate le Bureau du Plan.Cela donne, en moyenne annuelle, une légère augmentation de l'emploi intérieur, à hauteur de 11.000 unités en 2012, et une augmentation de 13.700 unités en 2013. En 2011, l'emploi intérieur avait nettement progressé de 62.000 unités, ce qui était supérieur à la croissance de la population active. "Sur la période 2012-2013, près de la moitié des créations nettes d'emploi serait attribuable à la progression du nombre d'emplois titres-services", souligne le Bureau du Plan. Les faibles créations d'emploi attendues cette année et la suivante ne devraient pas suffire à faire baisser le chômage. Alors que le nombre de chômeurs -en ce compris les chômeurs complets indemnisés non demandeurs d'emploi- avait diminué de 26.000 unités en moyenne en 2011, il augmenterait à nouveau de 9.100 unités en 2012 et de 24.000 unités en 2013. En conséquence, le taux de chômage harmonisé (définition Eurostat) passerait de 7,2% en 2011 à 7,4% en 2013.Trends.be, avec Belga