Elle constitue aussi un aveu d'irresponsabilité et d'immobilisme de l'équipe Picqué, a affirmé mercredi le chef du groupe MR au parlement bruxellois Vincent De Wolf (MR).

Le gouvernement bruxellois s'est récemment prononcé pour une prolongation de deux ans de moratoire adopté pour permettre aux opérateurs d'adapter leurs réseaux d'antennes 2 et 3G à la norme de 3 V/m. "Cela empêchera durant ce laps de temps, le moindre développement de la 4G en Région bruxelloise", a souligné Vincent De Wolf.

"Cette décision est un aveu d'échec majeur pour le gouvernement et Evelyne Huytebroeck, sa ministre de l'Environnement; c'est dire, après pourtant de nouvelles auditions au Parlement, 'nous ne sommes pas capables de gérer ce dossier, la prochaine majorité devra s'y atteler'", a-t-il déploré.

Le chef du groupe MR estime que de facto, la proposition de la ministre de l'Environnement de recourir à "deux pots" séparés pour évaluer le respect de la norme (l'un 2G/3G, l'autre 4G) "a été purement et simplement coulée par le fond" au gouvernement, faisant ainsi "éclater au grand jour l'incompétence de la ministre et le désaccord profond au sein de la majorité.

Elle constitue aussi un aveu d'irresponsabilité et d'immobilisme de l'équipe Picqué, a affirmé mercredi le chef du groupe MR au parlement bruxellois Vincent De Wolf (MR). Le gouvernement bruxellois s'est récemment prononcé pour une prolongation de deux ans de moratoire adopté pour permettre aux opérateurs d'adapter leurs réseaux d'antennes 2 et 3G à la norme de 3 V/m. "Cela empêchera durant ce laps de temps, le moindre développement de la 4G en Région bruxelloise", a souligné Vincent De Wolf. "Cette décision est un aveu d'échec majeur pour le gouvernement et Evelyne Huytebroeck, sa ministre de l'Environnement; c'est dire, après pourtant de nouvelles auditions au Parlement, 'nous ne sommes pas capables de gérer ce dossier, la prochaine majorité devra s'y atteler'", a-t-il déploré. Le chef du groupe MR estime que de facto, la proposition de la ministre de l'Environnement de recourir à "deux pots" séparés pour évaluer le respect de la norme (l'un 2G/3G, l'autre 4G) "a été purement et simplement coulée par le fond" au gouvernement, faisant ainsi "éclater au grand jour l'incompétence de la ministre et le désaccord profond au sein de la majorité.