L'introduction de cette taxe le 1er avril 2022 s'inscrit dans le cadre d'un "mini tax shift" élaboré par le ministre des Finances Vincent Van Peteghem (CD&V) pour contribuer à réduire la fiscalité sur le travail. Selon les estimations du ministre, elle devait rapporter 30 millions d'euros cette année et 40 millions d'euros l'année prochaine.

Avec 11,6 millions d'euros en sept mois, c'est donc moins de la moitié de la somme prévue au budget qui a été récupérée. Mais un délai sur les paiements a été accordé, indique Francis Adyns, porte-parole du SPF Finances, qui précise que "ce montant ne couvre pas tous les vols" et pourrait donc encore augmenter.

Il n'y a donc pas lieu de s'inquiéter, a affirmé de son côté le porte-parole de Vincent Van Peteghem. Les choses se passent "comme prévu".

L'introduction de cette taxe le 1er avril 2022 s'inscrit dans le cadre d'un "mini tax shift" élaboré par le ministre des Finances Vincent Van Peteghem (CD&V) pour contribuer à réduire la fiscalité sur le travail. Selon les estimations du ministre, elle devait rapporter 30 millions d'euros cette année et 40 millions d'euros l'année prochaine. Avec 11,6 millions d'euros en sept mois, c'est donc moins de la moitié de la somme prévue au budget qui a été récupérée. Mais un délai sur les paiements a été accordé, indique Francis Adyns, porte-parole du SPF Finances, qui précise que "ce montant ne couvre pas tous les vols" et pourrait donc encore augmenter. Il n'y a donc pas lieu de s'inquiéter, a affirmé de son côté le porte-parole de Vincent Van Peteghem. Les choses se passent "comme prévu".