Sous ce régime, les diamantaires paient les impôts de société normaux - en 2017 encore 33,99% - mais seulement de 0,55 à 2,1% sur leur chiffre d'affaires, en fonction du nombre de déductions qu'ils peuvent facturer.

Ce régime a rapporté 68,4 millions d'euros en 2017, soit plus que les 50 millions d'euros escomptés. Le ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) estime que ce montant peut encore augmenter, car les chiffres ne concernent que les versements anticipés des diamantaires.

Par le passé, le secteur ne reversait qu'une vingtaine de millions d'euros à l'administration fiscale.