Le président français Emmanuel Macron espère maîtriser les protestations des gilets jaunes avec une série de promesses. Il entend ainsi réexaminer la transition énergétique, qui augmente de plus en plus la taxe sur le carburant. En cas de hausse des prix du pétrole, il n'y aura pas de nouvelle hausse des taxes. Le président souhaite également qu'une attention accrue soit accordée à la situation é...

Le président français Emmanuel Macron espère maîtriser les protestations des gilets jaunes avec une série de promesses. Il entend ainsi réexaminer la transition énergétique, qui augmente de plus en plus la taxe sur le carburant. En cas de hausse des prix du pétrole, il n'y aura pas de nouvelle hausse des taxes. Le président souhaite également qu'une attention accrue soit accordée à la situation économique difficile dans les zones rurales et les petites villes qui ont vu naître le mouvement des gilets jaunes.Reste à savoir si cela suffira à mettre fin aux protestations. Le mouvement des gilets jaunes n'est plus seulement un cri de détresse des Français qui estiment inacceptable, avec un salaire mensuel de 1.200 euros, d'être amputés de 300 euros en frais de carburant pour parcourir chaque jour de longues distances pour aller travailler. Le signal des gilets jaunes va plus loin : une refonte du système fiscal français s'impose. La réforme du président Macron depuis son investiture en mai 2017 est opaque, inefficace et injuste.C'est une bonne chose que la France ait enfin mis un terme à la lourde imposition sur la fortune. Et, tout comme en Belgique, il était urgent de réduire l'impôt sur les sociétés. Mais la pression fiscale de 47,6% chez nos voisins du Sud demeure la plus élevée des pays de l'OCDE. Macron a commis l'erreur de compenser les réductions d'impôt par d'autres taxes qui ont rapidement généré des rentrées d'argent dans les caisses de l'État, mais qui ont surtout touché la classe moyenne inférieure et les retraités. Comme l'augmentation des taxes sur le carburant et la hausse de la contribution sociale généralisée, une taxe qui frappe tant les travailleurs que les inactifs. La France doit d'urgence faire ce que beaucoup d'autres pays de l'UE ont déjà entrepris : réduire la pression fiscale et diminuer les dépenses publiques. Celles-ci atteignent un niveau excessivement élevé en France puisqu'elles représentent 56% du PIB.Traduction : virginie·dupont·sprl