Les secteurs les plus dynamiques sont le commerce, la construction et l'horeca. La moitié de ces primo- employeurs (16.393, très exactement) ont bénéficié de la mesure 'zéro cotisation', initiée par le ministre des PME, Willy Borsus (MR). Pourquoi seulement la moitié, alors que l'un des atouts de la mesure est justement d'être ouverte ...

Les secteurs les plus dynamiques sont le commerce, la construction et l'horeca. La moitié de ces primo- employeurs (16.393, très exactement) ont bénéficié de la mesure 'zéro cotisation', initiée par le ministre des PME, Willy Borsus (MR). Pourquoi seulement la moitié, alors que l'un des atouts de la mesure est justement d'être ouverte à tous, sans condition d'âge, de durée de chômage, de secteur d'activité ou autre ? Cela s'explique parce que certaines catégories de travailleurs sont déjà exonérées de cotisations patronales (pompiers volontaires, moniteurs sportifs, apprentis, etc.), ainsi que par le principe d'unité technique d'exploitation. Un restaurateur qui ouvre un bar à côté de son établissement ne peut par exemple pas en bénéficier. Rappelons que la mesure 'zéro cotisation' concerne toutes les premières embauches réalisées entre 2016 et 2020 (voire au-delà si de futurs gouvernements la prolongent). L'avantage est octroyé à durée illimitée pour l'entreprise et n'est donc pas lié à l'évolution de carrière de la personne engagée. D'autres allègements existent jusqu'au sixième emploi créé. Pour Willy Borsus, ce dispositif, " ça cartonne ". " Il faut bien sûr continuer à informer les employeurs sur ses avantages afin qu'ils soient encore plus nombreux à en bénéficier ", précise-t-il. Le Syndicat neutre pour indépendants regrette toutefois que ces réductions de cotisations soient limitées aux nouveaux emplois créés. Cela crée, dit le SNI, " une discrimination " et " une concurrence déloyale " envers les PME qui ont embauché avant 2016.