Après un recours introduit lundi dernier par les trois syndicats contre le saut d'index, la FGTB a décidé de jouer à nouveau la carte juridique : le syndicat socialiste a demandé à la Cour constitutionnelle d'annuler la norme salariale pour 2015-2016. Aux yeux de la FGTB, "outre le fait d'être purement idéologique et politique, cette mesure est illégitime et inutile".

"Une nouvelle fois, ce sont les travailleurs qui sont frappés de plein fouet et perdent une partie de leur pouvoir d'achat alors qu'aucun effort n'est demandé aux employeurs", dénonce le syndicat. Avec cette norme salariale, les employeurs "échappent à leurs responsabilités", estime la FTB, car, "tout comme pour le saut d'index", aucune garantie n'est demandée en ce qui concerne la création de plus d'emplois et d'emplois durables.

Compétitivité : l'origine de nos problèmes n'est pas celle que l'on croit, selon la FGTB

"Alors qu'on se cache derrière la compétitivité de notre économie, la réalité est tout autre. Des aspects de la compétitivité comme la structure de la production, la composition de la gamme de produits, l'orientation géographique et l'apport de la recherche et développement sont ignorés."

Le syndicat socialiste cite une étude du Bureau du Plan, datant de 2012 et consacrée à la "compétitivité de la Belgique - défis et pistes de croissance". Cette étude "démontre que notre perte au niveau de la part du marché à l'exportation s'explique pour un tiers seulement par les coûts de nos entreprises (coûts salariaux et autres coûts, comme l'énergie)". Elle révèle, souligne encore la FGTB, "que deux tiers de notre perte de compétitivité s'expliquent par d'autres aspects structurels".

En outre, "c'est en innovant dans des secteurs orientés vers l'avenir et en produisant des produits finis à haute valeur ajoutée que les entreprises concernées peuvent résoudre leurs problèmes de compétitivité et proposer à leurs travailleurs des emplois de qualité".

Norme salariale : "Ne pas accorder d'augmentation digne de ce nom aux travailleurs, cela signifie moins de croissance économique" (FGTB)

En 2015, la norme salariale a été fixée à 0% par le législateur, rappelle la FGTB. "Pour 2016, ce dernier fixe la norme salariale à 0,5% brut de la masse salariale et à 0,3% net de la masse salariale, pour autant que ceci n'entraîne pas de coûts supplémentaires pour les employeurs". Avec un saut d'index de 2% effectué à partir de 2015, le syndicat juge "injuste" cette politique de modération salariale.

"Ne pas accorder d'augmentation salariale digne de ce nom aux travailleurs, cela signifie moins de pouvoir d'achat, moins de consommation, moins de croissance économique et un appauvrissement général", conclut la FGTB. "Cette norme salariale est une violation du droit fondamental à la négociation collective et source d'inégalité. La FGTB demande donc à la Cour constitutionnelle d'annuler la norme salariale - imposée par le gouvernement Michel - dans l'intérêt des travailleurs."

Après un recours introduit lundi dernier par les trois syndicats contre le saut d'index, la FGTB a décidé de jouer à nouveau la carte juridique : le syndicat socialiste a demandé à la Cour constitutionnelle d'annuler la norme salariale pour 2015-2016. Aux yeux de la FGTB, "outre le fait d'être purement idéologique et politique, cette mesure est illégitime et inutile"."Une nouvelle fois, ce sont les travailleurs qui sont frappés de plein fouet et perdent une partie de leur pouvoir d'achat alors qu'aucun effort n'est demandé aux employeurs", dénonce le syndicat. Avec cette norme salariale, les employeurs "échappent à leurs responsabilités", estime la FTB, car, "tout comme pour le saut d'index", aucune garantie n'est demandée en ce qui concerne la création de plus d'emplois et d'emplois durables."Alors qu'on se cache derrière la compétitivité de notre économie, la réalité est tout autre. Des aspects de la compétitivité comme la structure de la production, la composition de la gamme de produits, l'orientation géographique et l'apport de la recherche et développement sont ignorés."Le syndicat socialiste cite une étude du Bureau du Plan, datant de 2012 et consacrée à la "compétitivité de la Belgique - défis et pistes de croissance". Cette étude "démontre que notre perte au niveau de la part du marché à l'exportation s'explique pour un tiers seulement par les coûts de nos entreprises (coûts salariaux et autres coûts, comme l'énergie)". Elle révèle, souligne encore la FGTB, "que deux tiers de notre perte de compétitivité s'expliquent par d'autres aspects structurels".En outre, "c'est en innovant dans des secteurs orientés vers l'avenir et en produisant des produits finis à haute valeur ajoutée que les entreprises concernées peuvent résoudre leurs problèmes de compétitivité et proposer à leurs travailleurs des emplois de qualité".En 2015, la norme salariale a été fixée à 0% par le législateur, rappelle la FGTB. "Pour 2016, ce dernier fixe la norme salariale à 0,5% brut de la masse salariale et à 0,3% net de la masse salariale, pour autant que ceci n'entraîne pas de coûts supplémentaires pour les employeurs". Avec un saut d'index de 2% effectué à partir de 2015, le syndicat juge "injuste" cette politique de modération salariale."Ne pas accorder d'augmentation salariale digne de ce nom aux travailleurs, cela signifie moins de pouvoir d'achat, moins de consommation, moins de croissance économique et un appauvrissement général", conclut la FGTB. "Cette norme salariale est une violation du droit fondamental à la négociation collective et source d'inégalité. La FGTB demande donc à la Cour constitutionnelle d'annuler la norme salariale - imposée par le gouvernement Michel - dans l'intérêt des travailleurs."