La croissance chinoise a toutefois ralenti au quatrième trimestre (+4%), contre 4,9% au précédent, a indiqué lundi le Bureau national des statistiques (BNS).

L'économie chinoise fait face à "une triple pression", à savoir une contraction de la demande, des tensions sur les chaînes d'approvisionnement et des objectifs revus à la baisse, a reconnu lundi lors d'une conférence de presse Ning Jizhe, un responsable du BNS.

Le chiffre officiel du produit intérieur brut (PIB) pour 2021 est supérieur aux prédictions des analystes sondés par l'AFP (+8%). Il s'agit de son rythme le plus rapide depuis 2012. Pékin s'était fixé pour 2021 une croissance de 6%.

Au dernier trimestre 2021, la croissance du géant asiatique s'est toutefois essoufflée.

Baromètre de la reprise

Au premier trimestre, la croissance s'inscrivait encore à 18,3%. Un taux élevé du fait d'une faible base de comparaison avec début 2020 lorsque l'épidémie paralysait l'activité.

Bien que sujet à caution, le chiffre officiel de la croissance est toujours scruté, vu le poids de la Chine dans l'économie mondiale. Le pays apparaît ainsi comme un baromètre de la reprise.

En 2020, la Chine avait l'une des rares économies à afficher une croissance positive (+2,3%), au moment où le Covid-19 terrassait le reste du monde -- ce rythme était toutefois le plus faible depuis quatre décennies.

Le pays s'est largement remis du choc initial de la pandémie mais des foyers sporadiques de Covid-19 continuent à perturber l'activité.

Politique du "zéro Covid"

La politique du "zéro Covid", qui a permis d'endiguer rapidement l'épidémie en 2020, s'accompagne d'un coût social et économique élevé. Le secteur des services (loisirs, tourisme, hôtellerie-restauration, transports...) n'a toujours pas retrouvé son niveau pré-pandémie.

Les ventes de détail, principal indicateur de la consommation, ont ainsi signé en décembre leur plus mauvaise performance (+1,7%) depuis septembre 2020.

La reprise est également fragilisée par une flambée du prix des matières premières et une crise dans l'immobilier avec les déboires du promoteur Evergrande, au bord de la faillite.

De son côté, la production industrielle chinoise a rebondi en décembre (+4,3% sur un an) contre +3,8% le mois précédent, avec une progression de 9,6% sur un an.

Le taux de natalité du pays le plus peuplé du monde a aussi atteint un plus bas historique en 2021. Le taux de natalité était de 7,52 naissances pour 1.000 personnes en 2021, d'après le Bureau national des statistiques. Il était de 8,52 pour mille en 2020.

La croissance chinoise a toutefois ralenti au quatrième trimestre (+4%), contre 4,9% au précédent, a indiqué lundi le Bureau national des statistiques (BNS). L'économie chinoise fait face à "une triple pression", à savoir une contraction de la demande, des tensions sur les chaînes d'approvisionnement et des objectifs revus à la baisse, a reconnu lundi lors d'une conférence de presse Ning Jizhe, un responsable du BNS. Le chiffre officiel du produit intérieur brut (PIB) pour 2021 est supérieur aux prédictions des analystes sondés par l'AFP (+8%). Il s'agit de son rythme le plus rapide depuis 2012. Pékin s'était fixé pour 2021 une croissance de 6%. Au dernier trimestre 2021, la croissance du géant asiatique s'est toutefois essoufflée. Au premier trimestre, la croissance s'inscrivait encore à 18,3%. Un taux élevé du fait d'une faible base de comparaison avec début 2020 lorsque l'épidémie paralysait l'activité. Bien que sujet à caution, le chiffre officiel de la croissance est toujours scruté, vu le poids de la Chine dans l'économie mondiale. Le pays apparaît ainsi comme un baromètre de la reprise. En 2020, la Chine avait l'une des rares économies à afficher une croissance positive (+2,3%), au moment où le Covid-19 terrassait le reste du monde -- ce rythme était toutefois le plus faible depuis quatre décennies. Le pays s'est largement remis du choc initial de la pandémie mais des foyers sporadiques de Covid-19 continuent à perturber l'activité.La politique du "zéro Covid", qui a permis d'endiguer rapidement l'épidémie en 2020, s'accompagne d'un coût social et économique élevé. Le secteur des services (loisirs, tourisme, hôtellerie-restauration, transports...) n'a toujours pas retrouvé son niveau pré-pandémie.Les ventes de détail, principal indicateur de la consommation, ont ainsi signé en décembre leur plus mauvaise performance (+1,7%) depuis septembre 2020. La reprise est également fragilisée par une flambée du prix des matières premières et une crise dans l'immobilier avec les déboires du promoteur Evergrande, au bord de la faillite. De son côté, la production industrielle chinoise a rebondi en décembre (+4,3% sur un an) contre +3,8% le mois précédent, avec une progression de 9,6% sur un an.Le taux de natalité du pays le plus peuplé du monde a aussi atteint un plus bas historique en 2021. Le taux de natalité était de 7,52 naissances pour 1.000 personnes en 2021, d'après le Bureau national des statistiques. Il était de 8,52 pour mille en 2020.