Les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset prévoyaient une croissance de 0,3%, après 0,4% au deuxième trimestre et 0,7% au premier trimestre.

La croissance allemande au troisième trimestre a reposé "en majorité sur la consommation intérieure", a précisé l'office fédéral des statistiques Destatis dans un communiqué. "Les dépenses de consommation aussi bien privées que publiques ont continué à progresser" par rapport au trimestre précédent, a expliqué Destatis.

En revanche, "la croissance a été freinée par le développement économique extérieur: les exportations ont légèrement reculé par rapport au trimestre précédent, alors que les importations ont augmenté de manière minimale", selon l'office, qui publiera le détail des chiffres le 24 novembre.

Le commerce extérieur a longtemps été le moteur de la croissance allemande mais la consommation intérieure, alimentée par un solide marché du travail, joue de plus en plus ce rôle.

Sur un an, par rapport au troisième trimestre 2015, la croissance est ressortie à 1,5%, précise Destatis.

Pour nourrir cette croissance, l'Allemagne a pu compter au troisième trimestre sur une population active de 43,7 millions de personnes, soit 0,9% de plus qu'il y a un an.

Les économistes s'attendent à ce que la conjoncture allemande retrouve de la vigueur au quatrième trimestre.

Pour l'ensemble de l'année, le gouvernement allemand table pour l'heure sur une croissance économique de 1,8%, après 1,7% en 2015.