La commission des Finances et du Budget de la Chambre a commencé l'examen du contrôle budgétaire 2015. Dans son exposé, M. Van Overtveldt (N-VA) est revenu sur la situation macroéconomique du moment et sur la faiblesse des taux d'intérêt qui profite à la Belgique et qui pourrait encore durer un certain temps. Le 20 avril, une obligation à 5 ans a été émise pour la première fois avec un intérêt négatif.

Des problèmes dans la zone euro, liés par exemple à la situation de la Grèce, pourraient avoir un impact à la hausse sur ces taux, même limité. Un chiffre après la virgule représente des sommes importantes.

"La politique menée en matière de dette publique vise à retirer un avantage des taux d'intérêt très faibles en émettant à long voire très long terme et, de cette manière, en augmentant la durée moyenne de la dette", a expliqué M. Van Overtveldt. "Le Trésor examine donc l'opportunité de l'émission d'un emprunt à 50 ans", a-t-il ajouté.

A la fin 2014, la dette publique belge représentait 106,5% du Produit intérieur brut (PIB). Selon le plan de financement de 2015 le plus récent, elle a augmenté de 9,65 milliards d'euros pour passer de 355,36 milliards à 365 milliards.

La commission reprendra ses travaux la semaine prochaine. La Cour des comptes ne remettra pas son avis avant vendredi. Elle sera entendue mardi prochain.

La commission des Finances et du Budget de la Chambre a commencé l'examen du contrôle budgétaire 2015. Dans son exposé, M. Van Overtveldt (N-VA) est revenu sur la situation macroéconomique du moment et sur la faiblesse des taux d'intérêt qui profite à la Belgique et qui pourrait encore durer un certain temps. Le 20 avril, une obligation à 5 ans a été émise pour la première fois avec un intérêt négatif.Des problèmes dans la zone euro, liés par exemple à la situation de la Grèce, pourraient avoir un impact à la hausse sur ces taux, même limité. Un chiffre après la virgule représente des sommes importantes."La politique menée en matière de dette publique vise à retirer un avantage des taux d'intérêt très faibles en émettant à long voire très long terme et, de cette manière, en augmentant la durée moyenne de la dette", a expliqué M. Van Overtveldt. "Le Trésor examine donc l'opportunité de l'émission d'un emprunt à 50 ans", a-t-il ajouté.A la fin 2014, la dette publique belge représentait 106,5% du Produit intérieur brut (PIB). Selon le plan de financement de 2015 le plus récent, elle a augmenté de 9,65 milliards d'euros pour passer de 355,36 milliards à 365 milliards.La commission reprendra ses travaux la semaine prochaine. La Cour des comptes ne remettra pas son avis avant vendredi. Elle sera entendue mardi prochain.