L'Europe attend du gouvernement belge qu'il améliore son déficit structurel à hauteur de 0,6% du PIB par an. Or, la Belgique est à 0,4% sur deux ans. Le gouvernement Michel invoque la réforme des pensions, le tax shift ou encore la réforme de l'impôt des sociétés pour justifier la clémence de la Commission.

La Belgique a par ailleurs revu ses ambitions budgétaires à la baisse. En avril, le pays annonçait terminer 2018 sur un déficit structurel de 0,8% du PIB, et clôturer 2019 à 0,61%. Il est à présent question de 0,94% et 0,77%.

En laissant un déficit à 0,77% du PIB en 2019, Michel enterre implicitement l'idée d'un retour à l'équilibre en 2020, écrit L'Echo.

L'Europe attend du gouvernement belge qu'il améliore son déficit structurel à hauteur de 0,6% du PIB par an. Or, la Belgique est à 0,4% sur deux ans. Le gouvernement Michel invoque la réforme des pensions, le tax shift ou encore la réforme de l'impôt des sociétés pour justifier la clémence de la Commission. La Belgique a par ailleurs revu ses ambitions budgétaires à la baisse. En avril, le pays annonçait terminer 2018 sur un déficit structurel de 0,8% du PIB, et clôturer 2019 à 0,61%. Il est à présent question de 0,94% et 0,77%. En laissant un déficit à 0,77% du PIB en 2019, Michel enterre implicitement l'idée d'un retour à l'équilibre en 2020, écrit L'Echo.