"L'OCDE demeure fermement solidaire du peuple ukrainien", a-t-elle déclaré dans un communiqué, qui condamne "avec la plus grande fermeté l'agression à grande échelle de la Russie contre l'Ukraine".

L'Organisation de coopération et de développement économique, qui réunit l'ensemble des pays développés, va ranger pour de bon le dossier d'adhésion russe qui avait déjà été suspendue en 2014 après le déploiement de forces russes dans la péninsule ukrainienne de Crimée.

La Russie ne sera par ailleurs plus la bienvenue "aux niveaux ministériels et dans les organes où elle figure sur la liste des invités", précise l'OCDE.

Moscou est progressivement mis au banc du système financier et économique international depuis l'invasion en Ukraine, faisant l'objet de sanctions économiques de plus en plus lourde de la part des pays occidentaux.

Ces sanctions touchent le système financier russe, plusieurs banques, ainsi que des personnalités physiques, oligarques ou hommes politiques.

Ces sanctions pourraient même inclure une exclusion de Swift, l'un des plus importants réseaux de messagerie bancaire et financière, permettant les règlements interbancaires entre les établissements financiers du monde entier.

"L'OCDE demeure fermement solidaire du peuple ukrainien", a-t-elle déclaré dans un communiqué, qui condamne "avec la plus grande fermeté l'agression à grande échelle de la Russie contre l'Ukraine". L'Organisation de coopération et de développement économique, qui réunit l'ensemble des pays développés, va ranger pour de bon le dossier d'adhésion russe qui avait déjà été suspendue en 2014 après le déploiement de forces russes dans la péninsule ukrainienne de Crimée.La Russie ne sera par ailleurs plus la bienvenue "aux niveaux ministériels et dans les organes où elle figure sur la liste des invités", précise l'OCDE.Moscou est progressivement mis au banc du système financier et économique international depuis l'invasion en Ukraine, faisant l'objet de sanctions économiques de plus en plus lourde de la part des pays occidentaux.Ces sanctions touchent le système financier russe, plusieurs banques, ainsi que des personnalités physiques, oligarques ou hommes politiques.Ces sanctions pourraient même inclure une exclusion de Swift, l'un des plus importants réseaux de messagerie bancaire et financière, permettant les règlements interbancaires entre les établissements financiers du monde entier.