Les économistes tablaient sur une reprise plus modeste, dans une fourchette de 0,1 à 0,2%. Il s'agit du meilleur chiffre de croissance trimestriel depuis début 2011. L'Italie a au total enchaîné 14 trimestres de récession ou sans croissance.

Cette progression est le produit d'une hausse de la valeur ajoutée dans l'agriculture et l'industrie et d'une stagnation dans le secteur des services, selon Istat. La demande interne a eu une contribution positive, contrairement à celle de la demande étrangère.

Sur un an, le PIB du premier trimestre est demeuré inchangé. La variation acquise pour l'année 2015 est de 0,2%.

Ces chiffres ont été salués à la Bourse de Milan où l'indice principal FTSE Mib, qui était déjà dans le vert auparavant, a accéléré le pas et gagnait 1,09% vers 08H15 GMT.

Les économistes tablaient sur une reprise plus modeste, dans une fourchette de 0,1 à 0,2%. Il s'agit du meilleur chiffre de croissance trimestriel depuis début 2011. L'Italie a au total enchaîné 14 trimestres de récession ou sans croissance.Cette progression est le produit d'une hausse de la valeur ajoutée dans l'agriculture et l'industrie et d'une stagnation dans le secteur des services, selon Istat. La demande interne a eu une contribution positive, contrairement à celle de la demande étrangère.Sur un an, le PIB du premier trimestre est demeuré inchangé. La variation acquise pour l'année 2015 est de 0,2%.Ces chiffres ont été salués à la Bourse de Milan où l'indice principal FTSE Mib, qui était déjà dans le vert auparavant, a accéléré le pas et gagnait 1,09% vers 08H15 GMT.