Pour l'ISI, les Belges déplacent massivement leurs fonds à l'étranger vers ces assurances qui échappent encore pour l'heure au fisc. Ces produits n'intègrent en effet pas le champ d'application de la directive sur la fiscalité de l'épargne (qui oblige les états à échanger leurs informations et à taxer les intérêts de l'épargne des non-résidents) et le contribuable ne doit pas les mentionner dans sa déclaration fiscale.

"Ces produits d'assurance-vie sont cependant dans notre ligne de mire", prévient le directeur de l'ISI, Karel Anthonissen.

Avec Belga.

Pour l'ISI, les Belges déplacent massivement leurs fonds à l'étranger vers ces assurances qui échappent encore pour l'heure au fisc. Ces produits n'intègrent en effet pas le champ d'application de la directive sur la fiscalité de l'épargne (qui oblige les états à échanger leurs informations et à taxer les intérêts de l'épargne des non-résidents) et le contribuable ne doit pas les mentionner dans sa déclaration fiscale. "Ces produits d'assurance-vie sont cependant dans notre ligne de mire", prévient le directeur de l'ISI, Karel Anthonissen. Avec Belga.