"La paralysie budgétaire (shutdown) a été jusqu'à maintenant bénigne, les effets sur les marchés ont été relativement faibles", a déclaré Laura Kodres, directrice adjointe du département marchés financiers au Fonds monétaire international. Les Bourses mondiales ont réagi avec retenue à la fermeture partielle des services publics aux Etats-Unis intervenue faute d'accord entre républicains et démocrates sur le budget américain.

La responsable du Fonds a toutefois mis en garde contre "l'incertitude" que cette paralysie fait peser sur l'économie. "A chaque fois qu'il y a une montée de l'incertitude, cela peut avoir un effet sur la demande de crédit et, potentiellement, l'offre de crédit", a déclaré Mme Kodres lors d'une conférence de presse à Washington.

Selon elle, les ménages et les entreprises devraient ainsi réduire leur demande de crédit en "raison des incertitudes sur le futur", ce qui pourrait à terme peser sur l'activité et la consommation.

Les banques pourraient également juger cette situation "perturbante" et avoir des difficultés à maintenir leur offre de crédit, a ajouté Mme Kodres en marge de la présentation d'un rapport sur la stabilité financière.

"La paralysie budgétaire (shutdown) a été jusqu'à maintenant bénigne, les effets sur les marchés ont été relativement faibles", a déclaré Laura Kodres, directrice adjointe du département marchés financiers au Fonds monétaire international. Les Bourses mondiales ont réagi avec retenue à la fermeture partielle des services publics aux Etats-Unis intervenue faute d'accord entre républicains et démocrates sur le budget américain. La responsable du Fonds a toutefois mis en garde contre "l'incertitude" que cette paralysie fait peser sur l'économie. "A chaque fois qu'il y a une montée de l'incertitude, cela peut avoir un effet sur la demande de crédit et, potentiellement, l'offre de crédit", a déclaré Mme Kodres lors d'une conférence de presse à Washington. Selon elle, les ménages et les entreprises devraient ainsi réduire leur demande de crédit en "raison des incertitudes sur le futur", ce qui pourrait à terme peser sur l'activité et la consommation. Les banques pourraient également juger cette situation "perturbante" et avoir des difficultés à maintenir leur offre de crédit, a ajouté Mme Kodres en marge de la présentation d'un rapport sur la stabilité financière.