Ce principe général pourra toutefois être élargi à maximum le double du salaire annuel, pour autant que les actionnaires marquent leur accord.

La limitation des bonus constituait la dernière pierre d'achoppement des négociations sur une nouvelle directive européenne visant à mieux armer les banques contre les crises. Dans la lignée des accords internationaux liés à Bâle-III, les banques sont ainsi contraintes de prévoir de plus solides réserves en capital.

Les négociations sur ces nouvelles règles touchant plus de 8.000 banques en Europe durent depuis dix mois. Le parlement européen a fait le forcing pour limiter les bonus et rendre le secteur plus transparent, mais plusieurs États membres emmenés par la Grande-Bretagne ont traîné les pieds.

La présidence irlandaise de l'UE devrait présenter le compromis dans la journée de jeudi aux États membres. L'eurodéputé belge Philippe Lamberts (Ecolo), qui a participé aux négociations au nom du parlement européen, se montre confiant. "Je me demande comment les ministres des Finances pourraient expliquer au grand public qu'ils refusent une limitation des bonus", a-t-il commenté.

Une fois approuvées, les nouvelles règles entreraient en vigueur en 2014.

Ce principe général pourra toutefois être élargi à maximum le double du salaire annuel, pour autant que les actionnaires marquent leur accord. La limitation des bonus constituait la dernière pierre d'achoppement des négociations sur une nouvelle directive européenne visant à mieux armer les banques contre les crises. Dans la lignée des accords internationaux liés à Bâle-III, les banques sont ainsi contraintes de prévoir de plus solides réserves en capital. Les négociations sur ces nouvelles règles touchant plus de 8.000 banques en Europe durent depuis dix mois. Le parlement européen a fait le forcing pour limiter les bonus et rendre le secteur plus transparent, mais plusieurs États membres emmenés par la Grande-Bretagne ont traîné les pieds. La présidence irlandaise de l'UE devrait présenter le compromis dans la journée de jeudi aux États membres. L'eurodéputé belge Philippe Lamberts (Ecolo), qui a participé aux négociations au nom du parlement européen, se montre confiant. "Je me demande comment les ministres des Finances pourraient expliquer au grand public qu'ils refusent une limitation des bonus", a-t-il commenté. Une fois approuvées, les nouvelles règles entreraient en vigueur en 2014.